Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 04:41
                                                     LA NOUVELLE ZELANDE DU 26 JUIN AU 6 JUILLET 2009

Mardi 30 juin 09

Nous ouvrons les yeux sur la journée qui s’annonce la plus chargée de ce voyage. Nous souhaitons en effet parcourir les 200 kms de scenic drive jusqu’à Milford Sound où nous ferons une croisière puis une randonnée et enfin nous aimerions atteindre notre prochaine destination : Wanaka.
Tout cela en une seule journée d’hiver avec un soleil qui se lève que vers 8h00 et qui se couche à 17h00.
Un, deux, trois partez ! Le Top chrono est lancé…

Nous nous réveillons bien au chaud sous la couette dans notre petit van, mais à la vue de la fumée qui sort de notre bouche à chaque respiration, nous savons pertinemment qu’il fait très froid dehors.
Allez, un peu de courage et nous sautons dans nos jeans glacés. D’ailleurs; ce matin, il n’y avait pas que nos vêtements à être gelé… les vitres intérieur de la voitures étaient elles aussi givrées…



Et bien évidemment les vitres extérieures nécessitent d’être frottées…


Après avoir fait le plein à Te Anau, nous nous élançons sur cette route qualifiée comme l’une des plus jolies de la Nouvelle Zélande.
Au fur et à mesure que nous avalons les kilomètres, nous découvrons de magnifiques paysages enneigés.


Nous longeons les lacs et grandes plaines avec des yeux ébahis. Mais quelle frustration; pas le temps de s’arreter et de profiter de l’immensité de ces grandes étendues, le départ de notre croisière est fixé à 11h00.
J’ai donc encore une fois l’appareil photo à la main, prêt à photographier chaque paysage.


Mais des fois, le panorama qui défile devant nous est tellement grandiose, que nous nous accordons 2 minutes d’arrêt…



Au fur et à mesure que nous approchons du but, la route devient de plus en plus glissante et enneigée. Nous n’avons toutefois pas eu besoin de mettre les chaines, mais la concentration était à son comble à bord du van.


Il fait tellement froid dehors que des stalactites décorent les parois de la montagne. C’est tout simplement magique de voir cette glace…


Nous évitons cependant de nous arrêter sur le bas côté de crainte de ne pouvoir repartir tellement la route est glissante… Le stress monte un peu, nous voyons l’heure tourner et nous ne pouvons pas rouler à plus de 40 km/h… Encore 70 kms à parcourir…

Le tunnel de Homer se profile à l’horizon. C’est d’ici que part une exellente randonnée de montagne. Mais nous faisons une croix dessus étant donné le risque d’avalanche et sans compter que le sentier n’est pas clairement balisé.


Nous entrons tout doucement dans cet étrange tunnel… au sol verglacé et au plafond orné de stalactites. Il est fort étroit et très sombre. Nous avons l’impression de nous engouffrer dans le centre de la terre. L’émotion ressentie en traversant ce tunnel fut très particulière; nous sommes plutôt contents de retrouver la lumière du jour.


Ok; nous voilà de l’autre côté de la montagne. Un petit coup d’œil sur la montre et nous poursuivons notre route. Nous sommes toujours inquiets de ne pouvoir être à temps pour l’embarquement. Mais nous avons doublé un bus plein de japonais… Ils vont surement faire la croisière eux aussi, alors on garde la foi !

De nombreux panneaux nous indiquent les curiosités à voir le long de la route, mais pas le temps, on file. Nous arrivons à destination à 10h50. Le bateau part à 11h. Il nous reste à acheter les tickets et à rejoindre le ponton d’embarquement qui se situe à 700 mètres à pied.
Les tickets en main, nous partons en sprint sur la promenade en bois qui longe le fiord. Allez, on peut le faire !
Nous arrivons tout essoufflés au bateau en brandissant nos tickets. Mais ce ne sont pas les bons, nous devons les échanger contre le bordereau d’entrée. Ni une ni deux, je file vers le bureau de vente et échange les tickets contre notre laisser passer.
Gagné ! Il est 11h00, nous sommes à bord du bateau et les moteurs ronronnent. Piouuu.. Pour un contre la montre, c’était un contre la montre !

Nous pouvons maintenant profiter -tranquillement- de la splendeur des lieux.



Nous avons une chance incroyable car il pleut un jour sur deux (soit 12m par an !) et nous découvrons le fiord sous un magnifique soleil. Si ce n‘est pas avoir une bonne étoile ça ! Nous sommes heureux comme tout et regardons de tous les côtés. C’est encore une fois grandiose.


A peine 5 minutes après le départ du bateau, un flanc de montagne dévoile une magnifique cascade. Tout le monde est excité à bord du bateau.


Nous allons naviguer 1h40 sur ce fiord, creusé lors de l’ère glaciaire. 1h40 dans cet univers à part où eau et végétaux semblent se livrer un combat permanent sur des pentes abruptes de roche noire.



C’est ici que la montagne rencontre la mer, c’est ici que les montagnes jaillissent majestueusement des profondeurs, c’est ici que les montagnes admirent leur reflet dans l’eau bleu azure du fiord, voilà pourquoi le parc national du Fiordland, patrimoine mondial de l’UNESCO, est réputé pour être une des plus spectaculaires zones naturelles du monde.





Cet endroit est également un havre de paix et nourriture en abondance pour les animaux marins. Les phoques nous ont fait le plaisir d’être au rendez-vous.




Les oiseaux aussi utilisent cette zone pour pécher.




Avez-vous remarqué l’incroyable couleur de l’eau ? L’océan se colore de différents bleus intenses en fonction du degré de profondeur.
Et lorsqu’un rayon de soleil vient frapper la mer… C’est l’illumination des Champs Elysées !


Je suis toute impatiente car je sais que nous allons approcher une cascade de près avec le bateau. Je le sais car j’ai vu les photos sur les brochures. Alors à chaque tournant, l’excitation monte. C’est juste derrière cette paroi… Le bateau progresse lentement… Ah non ! Ce n’est pas ici, c’est juste derrière celle-ci alors… Et en effet, un magnifique rideau d’eau se dessine sur le flanc de la montagne.



J’avais bien prévu mon coup; alors que les autres passagers s’étaient mis au chaud en cabine, nous sommes resté sur le pont. C’est ainsi que nous avons pu profiter en tête à tête -le temps d’une toute petite minute- de la cascade.



Puis la horde de touristes se bouscule pour faire la même photo que nous… La puissance de la chute d’eau propulse des embruns partout; alors nous cédons bien volontiers notre place et allons profiter du spectacle un peu en retrait, bien au sec !

La croisière touche à sa fin; nous faisons toutefois une courte halte pour déposer des touristes à leur prochaine attraction. Ils ont en effet réservé pour un petit tour dans les profondeurs du Fiord pour découvrir ses trésors. Ils seront au sec dans un sous marins.
Le ponton est à l’abris dans une petite anse dont le paysage est complètement différent.


Les 4 personnes déposées, nous reprenons le cours de la ballade et repassons devant les grandes montagnes du départ. Une dernière photo et c‘est fini.


De nouveau sur la terre ferme, nous regardons encore une fois ce merveilleux endroit, pour être sur que ces images soient à jamais gravées dans notre mémoire et nous reprenons la route vers de nouveaux paysages.


Nous réempruntons la seule et unique route qui mène à ce petit coin de paradis et cette fois, nous nous arrêtons aux différents points d’intérêts qui bordent la route.
C’est ainsi que nous découvrons un endroit magnifique nommé « The Chasm ». 2 petits ponts de bois au dessus de la rivière Cleddau nous offrent une vue spectaculaire sur une série de petites cascades. Des milliers d’années d’effort du torrent ont sculpté ces formes rondes et ces bassins dans la roche.

Désolés pour les photos, elles ne rendent pas du tout la puissance du paysage…


Sur le parking du retour, un kéa nous attendait. Le kéa, c’est ce gros perroquet vert qui repeuple doucement les terres néozélandaises.
En effet, il fut chassé, presque jusqu’à l’extinction, car il décimait les troupeaux de moutons. Oui, oui, ce petit oiseau peut tuer un mouton !
En tous les cas, dès qu’il nous a vu arriver, il s’est mis à courir vers nous dans l’espoir de recevoir de la nourriture… Désolés, rien pour toi !


Nous reprenons la route vers notre future randonnée; mais nous nous arrêtons encore une fois devant une petite cascade le long de la route. La couleur de l’eau nous interpelle encore une fois. Ce bleu est définitivement superbe.


Nous atteignons le début de notre ballade. A défaut d’effectuer Gertrude Saddle pour des raisons de sécurité et de temps, nous avons choisi de grimper « Key Summit ». 3 heures de marche pour atteindre 900 mètres d’altitude et jouir d’une magnifique vue. Encore une fois, notre temps fut compté, hors de question d’atteindre le sommet une fois que le soleil se soit caché derrière les montagnes, alors il ne faut pas trainer !
Nous entamons donc d’un bon pas la première étape du Routeburn Track. L'ascension se fait à travers d'épaisses forêts de hêtres. Une petite cascade vient agrémenter cette longue montée.


L’eau qui s’écoule de la paroi est d’une limpidité extraordinaire, elle est pratiquement transparente…


Plus nous prenons de l’altitude, moins la forêt est dense et plus les sommets enneigés apparaissent.


Au fur et à mesure que le paysage se dévoile, nous pressons le pas de crainte d’arriver trop tard. Nous ne voulons surtout pas rater les couleurs chaudes sur la végétation montagnarde.


Allez, encore un effort. Les derniers mètres sont assez pentus, mais on tient bon et ca y est : nous y sommes…


Les photos parlent d’elles mêmes… juste grandiose…


Nous posons fièrement devant le panneau des 911 mètres d’altitude…


Les multiples tarns (cuvette glaciaires) qui parsèment Key Summit ainsi que la végétation spécifique de ce milieu alpin humide ont donné à Key Summit un air de jardin parfaitement naturel. Nous prenons un parfait plaisir à marcher dans un tel décor.




De petits ponts de bois en petits ponts de bois, nous respirons le bon air pur et emmagasinons le plus de souvenirs que possible. Nous savons que la fin du voyage se compte désormais en jour, alors nous ne voulons perdre aucun instant et vivre le plus intensément possible chaque minutes, apprécier chaque bouffée d’air comme si c’était la dernière…




Etant en hiver, tous les petits bassins d’eau étaient complètement gelés, donc nous n’avons pu apprécier la réflexion des montagnes dans l’eau, mais nous pouvons dire que la nature a accomplit un véritable chez d’œuvre.
Tout est parfaitement orchestré, l’harmonie entre chaque élément est tout simplement parfaite. Allez encore une petite photo… histoire d’avoir un modèle pour tenter de faire aussi bien dans notre futur jardin !


Nous redescendons de notre petit coin de paradis au pas de course. En un rien de temps, nous regagnons notre véhicule et partons en quête d’un petit coin isolé pour passer la nuit.
Le soleil s’est désormais caché derrière les montagnes et colore discrètement les sommets…


Nous repérons un bord de lac idéal pour être notre petit coin d’amour de ce soir. Le froid est tombé, alors nous photographions le lac, observons le ciel se colorer et zou, bien au chaud dans la camping car !



Après avoir enfumé notre maison roulante… (ba oui, nous avons décidé de manger du bacon frit et de faire cuire des frites… oups !), nous fermons les yeux sur cette journée magnifique et nous nous écroulons fatigués de notre contre la montre mais heureux…

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Nouvelle Zelande
commenter cet article

commentaires

Titi 17/12/2010 23:46


De retour de nouvelle-zélande, je n'ai pu faire le milford sound (un de mes grands regrets!) car la route était fermée à cause de la neige! A travers votre blog, j'ai pu un peu" vivre avec vous"
cet expérience manquée! Merci encore !


Papa & Maman 13/08/2009 19:25

Ben! je ne suis pas la première, mais moi j'ai les commentaires de Anne et c'est encore plus beau et magnifique.
Je ne sais pas si vous avez bien vu , mais Anne et Joe ont fait des belles photos pour leur futur jardin, et quand ils auront reussi on pourra dire on va voir le CHEZ D'OEUVRE!C'est une écriture bien particulière de Anne, mais il faut l'excuser car elle a écrit son article après la journée de woofing à la ferme de lavande.
Gros bisous à Joe et à tous.
Marie Jeanne

Papa 13/08/2009 10:51

Le van le matin avec la gelée a l'intérieur, ça fait vraiment envie.Pas beaucoup de photos de la toilette du matin.C'est peut-être pour ça que les phoques sont sortis....l'odeur.C'est pas grave vous prendrez une douche pour NoëlMagnifiques photos.Bisous

Carole 12/08/2009 16:54

c'est vraiment rigolo de voir ce paysage glacial après que Dine et Seb nous en aient fait profité au soleil! C'est un beau bonus que vous vous êtes offert!
g hâââte de vous voir!

carine 12/08/2009 15:03

cool, trop trop belles encore ces photos, ca fait bizzard de vous voir avec de gros pulls (l'hiver nous parait si loin...)je me suis bien mis dans votre peau, car j'avais la chair de poule en regadant vos photos.... Bisous et félicitataion pour le boulot, car malges votre emplois du temps bien pris, le blog continu!!!! BRAVO