Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 08:05
Du 1er au 3 juin 2009

Vous le savez comme nous, ce voyage comte bien des rebondissements. Alors en voici un qui marquera à jamais notre voyage.

A peines arrivés dans le nouvel Etat du South Australia, nous projetons de marquer un arrêt à la ville de Cobber Pedy. En plein désert, la route est tracée à la règle.


A moins de 20 kms de là, nous voyons apparaitre de grands tas de grava, donnant un air surréaliste à ce désert. Rien que par le paysage, l’arrêt à Cobber Pedy s’annonce particulier.



Nous arrivons en ville dans ce vrai décor à la Mad Max...d'ailleurs c'est ici qu'a été tourné le 3ème volume de la série, ainsi que Red Planet, Stark et Pitch black, dont il y a encore quelques restes...


Nous faisons quelques courses en ville, et il est vrai que nous nous attendions à voir de typiques habitants de l’Outback, un peu rustres, mais c’est au contraire un contact tout à fait amical et accueillant que nous avons rencontré.

Nous partons sur les hauteurs de la ville minière qui ne compte pas un brin d’herbe, pour admirer le coucher de soleil sur la ville.



Nous avons trouvé une aire pour passer la nuit. Le matin, nous discutons sur ce parking avec notre voisine Billy, que nous avons promis de dépanner la veille au soir.




Nous échangeons quelques bons tuyaux quand arrive un 4x4 avec à son bord John et sa sœur Fed, accompagnés de Gilles et Sandra, un petit couple de Français adorable.


John avait été requit par Billy pour la dépanner aussi, mais après quelques branchement, sa vieille ambulance redémarre à nouveau.

Ils nous invitent à prendre un petit café avec eux, ce que nous acceptons volontiers. Nous les suivons donc à travers Coober Pedy, que John semblent connaitre comme sa poche.
Nous faisons mieux connaissance autour d’un café dans la pizzeria familiale et remettons les liens qui les unissent tous les 4.
Pour faire bref, Gilles et Sandra ont fait l’objet de l’hospitalité d’un couple d’Adelaïde qui leur a interdit de repartir d’Australie sans visiter Coober Pedy où habite leur fils John. Fred (la sœur de John) les a donc conduit jusqu’à Coober où ils avaient tous deux organisé pour eux des activités comme un véritable tour.

Ils nous invitent à poursuivre la visite de la ville avec eux et les suivons donc dans un hôtel restaurant; le premier de la ville construit sous terre. En effet, les températures ici sont si extrêmes que les habitants ont construits leurs maisons sous la terre, ce qui leur permet de garder une température constante de 22 - 25°C, été comme hiver. Cet hôtel referme une petite exposition qui nous donnera l’explication des nombreux tas de cailloux que nous avons vu à notre arrivée.

La ville de Coober Pedy est connue pour fournir 60% de l’opale mondiale. Son extraction requiert tout un savoir faire et c’Est-ce que John nous explique avec passion.


Voici les grandes lignes :


On achète ou loue une parcelle de terrain que l’on délimite par des piquets puis on fore de petits trous pour analyser la composition du sol et connaitre s’il y a des chance de trouver de l’opale. Ensuite, on fait un plus gros trou jusqu’à 60-70 mètres de profondeur et on y descend soit une machine qui creusera des galeries, soit un bonhomme et un marteau piqueur.
Tous deux, sont reliés à une sorte d’aspirateur qui recrachera les graviers en faisant les fameux petits tas que nous avons vu à notre arrivée.

La méthode préférée des habitants reste toutefois la dynamite ! Habitués à manier toutes sortes d’explosifs, John nous raconte comment il a tenté de pêcher à la dynamite. Une première charge dans l’eau ne lui donnera aucun succès. Il décident alors de la tripler, mais toujours pas de poisson. Bien décidé à révolutionner la méthode de pêche, il accroche des bâtons d’explosifs à un saumon qu’il laisser filer… et BOUM… 2 demis saumons et un troisième qui fera surface !

Après cette visite passionnante, nous partons sur les hauteurs de la ville où vous pouvez pratiquer un sport dont vous n’auriez pas pu soupçonner l’existence ici : le golf !
Saisissez club, balle et T et débutez le premier des 18 trous du parcours.



Surprenant non… respectez toutefois quelques règles simples comme :


La visite de la ville se poursuit, nous nous enfonçons sur des chemins poussiéreux jusqu’à la maison d’un homme peu ordinaire. Harry, le chasseur de crocodiles était un homme qu’il ne valait mieux pas contrarier.



Il a construit (sous terre évidement) une maison ornée de dessins de visiteurs, de messages et de petites culottes. Ce gros pervers a attendu toute sa vie sa princesse, lui avait même construit une chambre spéciale, mais elle n’est jamais venue. Ce lieu totalement déluré en dit long sur le personnage que nous aurions bien aimé rencontrer… vieille canaille.







Allez zou, ne trainons pas, nous sommes attendus. A quoi, on ne sait pas, mais on y va.
John tourne à droite, à gauche alors qu’aucun panneau n’indique l’existence même d’une route jusqu’à ce que nous arrivions au milieu de nulle part, là où on viendrait volontiers pour faire disparaitre un corps !

John va nous initier à l’une de ses passions : le tir.
En effet, il est un fervent membre d’un club de tir local à tel point qu’il clibre lui-même ses balles.
Nous jetons un coup d’œil dans la chambre forte qui renferme de gros calibres et remplissons quelques paperasses.
Nous sommes totalement excités à l’idée de manier l’une de ces armes.



Nous avons chacun notre cible et nous postons face à elle par groupe de deux, avec chacun un pistolet 9 mm semi automatique. Après de longues expliquations sur son fonctionement,


la main tremblante et l’oeil dans le viseur, j’appuie sur la gâchette. BANG ! Quelle secousse et quelle excitation. Je répèterai l’opération, concentré, jusqu’à vider mon chargeur. Anne à mes côtes en fait de même...


C’est reparti pour un deuxième tour, mais cette fois ci avec l’arme que je zieutais depuis le début : un Magnum 747...celui de Dirty Harry !

Alors là, les amis on y est! Chris, un ami policier de John nous file un coup de main pour charger le gros revolver et nous y place aléatoirement deux calibres différent: un normal et un gros. Inutile de vous dire que la surprise est de taille quand vous appuyer sur la gâchette et que vous tirer une méchante bastos !

Nous nous approchons pour admirer nos cartons, celui de John et Chris sont imbattables. Fred nous a fait un trou dans le panneau lui-même. Ma louloute elle aussi nous aura fait un très bon carton, avec de jolis points, mais inutile de vous en dire plus, elle s‘en chargera pour moi.




Nous passons ensuite à deux nouvelles armes, et un nouveau jeu très simple qui consiste a faire tomber les « assiettes » de différentes tailles. Les armes sont les suivantes : le 22 Pardini et le 22 sig Sauer
.


Pour augmenter la difficulté, nous essayons un coup debout, puis a genoux, puis a genoux avec une main.



Carton plein ! héhé...







L’excitation est toujours la même, mais requière moins de précision. L’une des arme est très légère et très précise, l’autre possède un viseur doté d’un point rouge en son centre très pratique. Là en revanche, Anne fera moins d’écho de cette séance de tir, tout comme John qui était persuadé que le viseur avait un défaut jusqu’à ce que Chris fasse carton plein. Héhé !

Après cette super séance, nous quittons tous les lieux, nos cibles sous le bras et avec même un écusson du club de tir. Trop cool !

Nous sommes encore une fois invités à les suivre pour le déjeuner. Nous sommes conduits à la maison de Gai et John, une maison troglodyte complètement enfouie dans le sol. Elle est construite de façon très simple : Un grand couloir en plein milieu, puis de grands couloirs perpendiculaires pour faire les chambres. Il n’y a plus qu’a monter quelques murs de briques avec des portes pour faire la séparation et le tour est joué. Mise à part la façade de la maison, pas une fenêtre, pas une porte qui donne sur l’extérieur….Un sentiment très étrange car il ne faut pas être claustrophobe. Une chose est sûre, vous ne risquez d‘être réveillés ni par la lumière du jour, ni par le bruit.

Cet après midi, c’est Gay qui fera le guide. Elle nous emmène tout d’abord dans une Eglise Anglicane enfouie sous terre appelée la « Catacomb Church ».


Nous visitons également le presbytère, qui a été entièrement creusée par des femmes. Nous voyons sur les murs, comme dans la maison de Gay et John, les traces faites par la machine qui creuse la terre.


On voit très clairement les traces rondes produites par l’axe de la machine et au plafond, les stries par la machine elle-même.

L’une des résidente, nous invite dans sa demeure, l’une des première de Coober Pedy, construite très rapidement par une femme exceptionnelle dans des conditions pas évidentes. Encore une fois, seule une ou deux fenêtres seulement donnent sur l’extérieur. Toutes les autres pièces n’ont aucune fenêtre tout simplement. Seules des colonnes d’aérations relient la maison à l’air.



Après cette folle et surprenante journée, nous apprenons qu’ils ont prévu de partir chasser kangourou dans la soirée. Nous sommes bien évidemment conviés à les suivre dans cette aventure. Le premier des problème est de savoir si nous souhaitons vraiment tuer ces petites bêtes. Cependant c’est une chance unique d’assister à cela et on ne peut pas dire que nous soyons pro-végétariens…
Le second problème que nous nous posons est de savoir à quel moment nous retirer. Depuis le début de cette journée, nous sommes promené partout alors que nous ne nous avons fait connaissance 5 minutes sur un parking ce matin. Peut être devrions nous les laisser entre eux, faire comme ils avaient prévus avec seulement Sandra et Gilles. Nous n’avons aucunement moyen de faire à notre tour quelque chose comme nous avons l’habitude de faire. Nous n’avons même pas de quoi faire des crêpes. Nous déclinons donc l’offre de ce soir, pensant qu’il était temps de nous retirer, mais John ne l’a pas entendu de cette façon. Le mal de tête qui montait nous a fait comprendre qu’il faut savoir vivre à l’Australienne, version « No worries », et prendre ce que l’on te donne.

Nous voilà donc tous à rouler en plein désert, alors que le soleil s’est couché et que le ciel devient violet ! si si !


Nous rejoignons une voiture qui poursuit elle aussi dans le désert. Au bout de 5 minutes, nous stoppons où un grand feu de camp crépitait avec autour la famille de Chris…le policier qui nous a fait tirer ce matin.
Nous faisons donc connaissance avec ses adorables enfants et installons petit a petit le pique nique.


Au menu de ce soir, Wombat grillé (tiré par Chris lui-même…on a retrouvé quelques plombs !), Requin au Barbecue, une sorte de gratin dauphinois délicieux cuisiné par Gay et le tout accompagné des fous rires des enfants. Un moment très agréable et très convivial. Anne et moi avons du mal à réaliser tout ce qui s’est passé depuis ce matin et comment l’histoire s’est enchainée pour commencer sur un parking et se terminer ici, au milieu du désert.

Après donc avoir dégusté tous ces mets, nous piquons à nos petits bâtons trouvés non loin de là par les enfants, un petit marshmallow que nous faisons grillé au feu, juste le temps pour lui de fondre à l’intérieur…. Hmmmm ça rappel les feux de camps quand on était gosse.








Après nous être régalés, nous avons entamé un jeu très inhabituel en plein désert…un cache cache. En effet, nous partions tous nous cacher dans les fourrés ou dans les arbres, capuches sur la tête pour être le mieux camouflé possible.



Lorsque est venu mon tour de compter, j’ai eu une aide adorable pour mes investigations. Ce petit bout de chou trop mimi au sourire crispé était les yeux car moi je faisais les jambes. Nous avons toutefois bien du mal a trouver Anne cachée dans Troopy !


Et voilà, cette formidable journée se termine, nous….Quoi ? Non ? Nous sommes maintenant invités a visionner lel fiilm « Kangaroo Jack », où l’histoire de deux compères qui cherchent a retrouver un kangourou qu’il ont laissé partir avec les 50 000 $ d’un gros bonnet de la mafia. Un scénario plutôt ridicule, mais des paysages magnifiques tournés dans la région de Coober Pedy. S’en est suivi un autre film, tourné lui entièrement dans la ville de Coober, qui raconte entre autre qu’ici, lorsque deux personnes ont un contingent ils le règlent en faisant sauter la voiture ou la maison de l’autre à coup de dynamite. Pratique encore courante nous racontera John.


C’est ensuite avec encore une immense générosité, qu’ils ont réorganisé toute la maison déjà bien occupée pour que puissent y dormir vos deux aventuriers préférés. De toutes les façons on avait pas le choix, on a carrément été kidnapés ! Nous avons donc passés une nuit confortable et au calme.

Au matin, nous sommes tous réunis dans la cuisine pour le petit déjeuner.

John nous glisse un livre dans lequel est relaté l’histoire de leurs parents. Les parents Didonna et leurs 3 enfants âgés de 2 à 4 ans, ont débarqués a Adelaïde après un long voyage par bateau depuis la France. Ils ont appris que la Commonwealth Railway compagnie offrait du travail et des logements à ses travailleurs. Ils ont donc été déposé par train dans le désert avec quelques réserves de nourriture et de lait en poudre. Ils ont habité des petites stations desquelles sont construites des portions d’une 50aine de kms il me semble. Il n’y avait ni frigo, ni même électricité. Pour l’anecdote, il est écrit qu’un van qui se transformait en cinéma, venait de temps en temps distraire les cheminots.
Je n’ai pas eu le temps de finir l’article, car Fred nous cuisinait de magnifiques œufs aux bacon sur pain frais (petit déjeuner typique Australien), mais j’ai dévoré avec passion ces quelques pages qui mettent en avant le courage de cette famille Française qui a quitté Marseille pour tenter une aventure hors du commun, sans repère, sans même parler la langue et avec 3 bouts de choux en bas âge. Fred et John sont très fiers de leurs parents et de leur courage…et on les comprend.

Et voilà, cette fois-ci c’est vraiment la fin de cette formidable journée qui aura duré jusqu’au lendemain. Qui aurait pu croire que dépanner cette dame, nous aurait conduit à vivre toutes ces folles aventures. Cette journée confirme encore comme nous aimons les bonnes surprises de la vie, les rencontres du voyage et la gentillesse des Australiens. C’est vraiment une journée extraordinaire !


"Thanks guys. This day (and night too) was the most unusual we never spent in this trip. This your generosity wich one have done the link from a five minutes conversation to all this lovely moments. We really appreciate how you welcome us as a part of your family. You’can have a good business as a tour in Coober Pedy !
People use to say they maximum have done a 1 hour stop at Coober Pedy as there is nothing to do. But Thanks to you, we know what there is behind the stones.
Please John, Thanks Chris and his family too for this friendly moment around the camp fire.

Lots of kisses to Fred and we still have the taste of the good breakfast she had cooked for us ! Yummy !"

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans South Australia
commenter cet article

commentaires

carine et mika 30/06/2009 18:46

trop sympa cette journée!!! besoin d'aller en australie pour faire du tir!!! (lol) que de belles rencontres. Gros bisous

thulix haut les mains !!! 22/06/2009 21:57

put your hands up !!

ah mais j'ai ratrappé mon retard !
bon ba je vous fais des gros gros bisous alors !!!

a très vite !!!!

thulix bang bang 22/06/2009 21:53

hé bien, en voilà une belle journée !!

et le tir, génial !!

Carole 21/06/2009 16:14

oh ben, c'est moi la prem's!
il y a de la grasse mat' dans l'air aujourd'hui?
Quel plaisir d'arriver au boulot le matin et d'avoir un nouvel article!! c'est mieux que le journal!
Vous voudrez pas continuer depuis la France après s'il vous plait?!
bonne fête aux papas!

Papa+&+Maman 21/06/2009 12:53

Quelle journée incroyable!
Au début de votre article, je trouvais que le payssage n'était pas rassurant, mais après quand vous avez rencontré ces gens, c'était beaucoup mieux.
Je ne pourrais pas vivre dans ces maisons sous terre même si elles ont l'air bien confortable.Je pense que le besoin d'air et de lumière se ferait sentir .
Enfin super article, mais on n'en attendais pas moins de votre part.
Gros bisous les enfants.