Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 02:36
Paronella - 16 et 17 mars 2009

Nous voilà arrivés, à Mena Creek, un tout petit village au milieu des plantations de bananes, de cannes à sucre et autres fruits tropicaux. Nous n’aurions jamais emprunté cette route perdue au cœur du Queensland, si l’on ne nous avait pas conseillé le Paronella Park.

Avant toute chose, je souhaite vous conter l’histoire de ces lieux.
José Paronella, était un jeune Catalan, qui avait un rêve : celui de construire un château. Il quitta le nord de l’Espagne pour l’Australie en 1913 à l’âge de 24 ans. Durant 11 années, il a travaillé très dur pour se créer une richesse. Il achetait, améliorait et revendait  des exploitations de cannes à sucre. José ne faisait aucune confiance aux banques, donc tout  l’argent qu’il gagnait il le gardait bien précieusement avec lui.

Alors qu’il se promenait dans la campagne, il découvrit une forêt vierge à côté des chutes d’eau de Mena Creek. Cet endroit était parfait pour construire son rêve. Il retourna donc en Espagne pour aller chercher sa fiancée Matilda. Malheureusement, après avoir patienté pendant 8 années elle s’était mariée avec un autre. José était décidé à retourner en Australie avec une femme, donc il demanda la main de Margarita, la jeune sœur de Matilda. 


Avec ses ouvriers, il travailla très dur à la construction de son château. José était doué d’une mémoire exemplaire. Il ne prenait jamais de notes, et retenait tout dans  sa tête. Nous ne sommes même pas sûrs qu’il sache lire ou écrire, car il n’est pas allé au collège. Il s’est inspiré des mémoires de châteaux en Catalogne, pour construire son propre château.
Il a construit en premier ce grand escalier de 47 marches, pour monter les matériaux de  construction entre le bas de la berge et le haut de la colline, où les amoureux avaient construits leur maison.



Très économe, José s’est servit des matériaux déjà présent sur sa propriété de 5ha,  pour construire son rêve. Adepte du recyclage, il a également parcourut les fermes des environs, pour récupérer ferraille et autres débris.

Petit à petit, ce château est devenu un lieu de divertissement. Les Paronella ont invité la population à se baigner près de la cascade, à jouer au tennis et même à visionner des films de samedi soir.


Il a construit une grande pièce de réception et a fait importer des Etats Unis une grande boule à facettes. 

Il a également planté près de 7000 arbres et plantes tropicaux, autour de la maison et du château.



Le rêve de José était devenu réalité.

Malheureusement, nous sommes loin des contes de fées. En 1946, la rivière fut bloquée en amont pas un amas de branches et de bois, mais celui ci céda sous les fortes pluies et inonda le château, ravageant le travail de José. Les Paronella replantèrent le jardin et reconstruirent ce qu’ils puent. Mais deux ans plus tard,  José mourut d’un cancer de l’estomac, laissant sa femme et ses deux enfants (Theresa et Joe) continuer son rêve. L’entretient et les rénovations engendraient beaucoup de travail et de frais. Margarita décéda à son tour en 1967,  puis Joe le fils en 1972. Es petits enfants et la femme de Joe, ont tenté de faire perdurer le rêve de José, en vain. Ils durent vendre le parc en 1977.

Malheureusement, 2 ans plus tard, le château fut ravagé par le feu, suite à un problème électrique. Puis ce fut le tour du cyclone Winifred en 1986, et les inondations en 1995. Le château et son magnifique parc étaient totalement à l’abandon, lorsqu’un jeune couple, Mark et Judy Evans, ont décidé de faire revivre le rêve de José Paronella. En 1993, ils achetèrent la propriété, la débroussaillèrent, la nettoyèrent, et remirent a jour le magnifique château de José.

En 1997, il fut inscrit sur la liste du « National Trust Heritage », témoin de l’histoire du Queensland Nord, puis en 98, le Paronella Parc a gagné de nombreuses récompenses liées au tourisme.
Le rêve de José Paronella est redevenu réalité; les  visiteurs sont éblouis par la beauté de sa propriété.
Certes les années et les catastrophes naturelles ont changé l’image du château, mais celui-ci reste magnifique.
Voilà ce qui est de l’histoire du rêve de José Paronella.

Nous avons tout d’abord découvert ces lieux lors d’un tour de nuit. Notre guide nous a donné une torche pour la visite, et un petit sachet de nourriture pour les tortues et les anguilles. Le festin de ces petites bêtes nous a fait patienter jusqu’à la nuit noire.



Nous avons poursuivit la visite par la grande cascade éclairée.


Ensuite, notre guide nous conduit vers le fameux château. Nous sommes tous alignés face à un grand décor noir. Soudain, des petites lumières s’allument, dévoilant le bassin des nénuphars et ses petites fontaines. 


Une jolie mélodie vient agrémenter ce joli tableau, puis…plein feu sur le château. C’est magique…Le rêve de José reprend vit chaque nuit. Toute la propriété est centrée sur la chute d’eau. La petite musique japonaise donne un côté surréaliste à ce spectacle. Tout le monde est sous le charme.




Quelques temps plus tard, nous reprenons la visite guidée en direction du tunnel de l’amour. Il se trouve qu’il n’a pus rien de romantique, mais nous avons pu observer les toutes petites chauves souris virevolter.

Et voilà, le tour de nui test fini, ce fut un peu court, mais quel beau moment lorsque le château s’est illuminé. Luke, notre guide, nous a proposé en aparté de revenir d’ici ¾ d’heures si l’on veut revenir faire des photos de ce château en lumière. C’est trop gentil.  Malheureusement, nos pâtes en ont décidé autrement. Tant pis…

Après notre diner nous sommes retournés près de la cascade - encore illuminée - pour savourer un moment de calme. On se sent bien dans cet endroit malgré toutes les catastrophes qui ont laissées leur empreinte.



Le lendemain matin, après avoir passé une bonne nuit de camping dans le parc…


…nous partons à la découverte des jardins sous la lumière du soleil. Il est magnifique. Nous profitons d’être seul pour le photographier sous tous les angles. Puis retour au camping pour un petit déjeuner avant de rejoindre notre guide pour la visite de jour. Cette fois ci, elle nous raconta l’histoire de la famille Paronella et nous expliqua la construction du château. Ce fut une visite forte intéressante. Découvrir ces lieux de jour permet d’apprécier les détails des bâtiments, ainsi que ceux des jardins.



José a façonné et sculpté 300 des 500 pots de fleurs en pierre disséminés a travers la végétation.


Notre guide nous conduit ensuite vers les Theresa Falls, une petite chute d’eau nommée ainsi suite à la naissance de leur fille.


 La source est seulement à 50 mètres en amont et des bouteilles d’eau sont produites a partir de ce ruisseau. José a construit 8 petits ponts, dont certains ne mènes nulle part juste pour créer un endroit de calme et d’harmonie

Nous pénétrons ensuite le fameux tunnel de l’amour. De jour, il a encore moins l’apparence d’un tunnel de l’amour, car laissé à l’abandon depuis la dernière grosse tempête.



Mais au milieu, on découvre à la lampe torche, la petite colonie de chauves souris. Elles sont trop mimi…si petites…elles ne pèsent que 5 à 10 grammes….c’est incroyable.


Et voilà, notre visite guidée du parce se termine là. Nous retournons donc, main dans la main, à la redécouverte du parc.
Armés de nos appareils photos, nous avons mitraillé les jardins. Des photos, encore des photos, avec nous, sans nous, avec flash, sans flash, bref le paradis du photographe.








Le décor est tellement extraordinaire, que c’est un plaisir de jouer avec son appareil.











Nous empruntons de nouveau l’avenue des Kaori, ces grands arbres qu’il est désormais interdit de couper, afin de retrouver les petites tortues.


Nous avions gardé un peu de nourriture et tentons de les appâter. Elles ont tellement l’habitude, que dès qu’elles virent nos ombres, elles se sont approchées.


Le parc se compose également d’un petit musée, installé dans l’ancienne maison du couple.


Nous avons pu voir des photos de certaines inondations. C’est dément. Le château était pratiquement entièrement sous les flots, comme une citée engloutie. Nous avons pris une photo au niveau de la marque de la plus importante inondation.


Tout ce que vous voyez sur cette image était sous l‘eau...incroyable n’est-ce pas ?!

Nous avons également rencontré d’autres habitants de ce parc. Outre les papillons Ulysse que nous n’arrivons toujours pas à prendre en photo, nous avons fait la connaissance d’une chenille en pleine prière.


Mais aussi d’une affreuse araignée.


Cet animal n’est pas dangereux pour l’homme, mais est très impressionnante. Elle fait la taille d’une main d’homme. De nuit, elle capte la lumière…


Cette araignée construit la toile la plus résistante au monde. Les aborigènes s’en servaient pour confectionner pour confectionner des filets de pêche. L’armée quant à elle l’utilise pour confectionner des vêtements très résistants. L’araignée elle s’en sert pour attraper son manger…et même les oiseaux…


Voilà pour le chapitre frisson.

Côté botanique, j’ai trouvé une forte concurrence à ma fleur préférée, le Lys Blanc. Les « Cat’s Wiskes » (moustaches de chats) sont tout simplement magnifiques; d’une finesse et d’un blanc éclatant….dur dur de choisir.

Les « oiseaux du Paradis » sont ici des plantes communes, mais moi je suis toujours sous le charme de cette fleur exotique


Nous avons vu la fameuse fleur du Ginger. On aurait dit une fleur de plastique étant donné son apparence et sont touché.


Une autre fleur nous a fait rire. On a à l’impression que celle-ci tente de s’envoler avec ses ailes blanches.


Voilà, il est tant pour nous de poursuivre notre route. Cette escapade hors du temps aura été un plaisir pour tous les sens.


Certains peuvent dire que l’histoire de José Paronella est une histoire triste, mais je ne trouve pas. Bien qu’il n’a pas pu profiter de longues années de son chef d‘œuvre, il a réalisé sont rêve : celui de construire son château. Peu de monde à la chance, l’opportunité, ou tout simplement la volonté suffisante pour mener a bien leur rêve. José a grandit avec ce but, il a travaillé très dur et a finalement créé une propriété magnifique, qui est encore de nos jours appréciée par de nombreux visiteurs du monde entier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Queensland
commenter cet article

commentaires

maman jo 31/03/2009 20:42

un beau conte de fée , vous avez pris les plans pour faire construire à votre retour ?? promis je m'occuperai du jardin bisous mam

carine et mika 31/03/2009 12:28

triste histoire, car ce pauvre homme n'a pas pu en profiter... mais son jardin est magnifique, on reverai tous d'en avoir un comme ca, en plus il a l'air grand!!

bisous bisous

Nanou 30/03/2009 11:39

Ouawouh !!! C'est trop beau !
Encore, encore...
Bisous

Sophie 29/03/2009 16:50

SI, c'est une très belle histoire...

Perso, j'ai juste pas lu et pas regardé les araignées... bou...

Bisous
So

Laeti 29/03/2009 11:34

Impatiente de voir votre séjour au Port Douglas, ça à l'air d'être le paradis !!!

Gros gros bisous les loulous