Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 04:37
Après avoir quitté nos dauphins de Tin Can Bay, nous prenons la route et ne résistons pas à nous arrêter à Maryborough, connue pour être la ville natale de Pamela Lindon Travers, écrivain de la très célèbre nounou « Mary Poppins ».


Bon ne nous y attardons pas, mise à part quelques bâtiments anciens…


…il n’y a vraiment rien à faire. Ah si, nous profiterons d’un buffet à volonté dans un bistro pour nous redonner plein de force….Heu tu veux reprendre pour la 14ème fois du gâteau au chocolat ou on y va ?

Aller zou, on remonte pour arriver à Bundaberg.

Nous passerons notre première nuit à camper près de la Librairie de la ville, Troopy faisant encore des siennes de batterie. Ca fait toujours une excuse pour planter la tente sur une pelouse interdite mais confortable !


Nous nous faisons dépanner au matin, et filons trouver un autre endroit pour la nuit prochaine. Nous repérons un camping, mais tout y est si délabré et l’ambiance si étrange que nous ne comprenons pas pourquoi nous devrions payer pour dormir a l’intérieur de leur clôture alors que juste à côté se dresse un magnifique parc verdoyant avec BBQ et prises de courant. Parfait ! Nous devons passer ici 4 jours, car nous avons réservé notre place pour voir les tortues à Mon Repos. Nous établissons donc notre QG dans ce parc, avec pour objectif, écrire TOUS les articles de Fraser Island pour le blog. Y a du boulot, mais de toutes les façons y a que ça à faire ici.


C’est parti donc pour la rédaction du blog, sous la surveillance d’un petit chat qui se régalera 3 jours durant de nos mets.


Je ne sais pas si c’est à cause de la distillerie de « Bundy »  -qui fait la réputation nationale de la ville- mais les gens ici ont un faciès très particulier. L’ambiance est si bizarre que nous ne dormirons ici que d’un œil. Ils sont ivres toute la journée, voir même violents entre eux, mais jamais nous n’aurons de problème avec l’un d’eux. On se demande quand même ce qu’ils peuvent bien faire toute la journée.

Bon aller, un article terminé, direction la Librairie pour le mettre en ligne. Sur le chemin, nous découvrons alors quelques curiosités locales comme cette Eglise Pharmacie…


Nous passerons aussi le plus clair de notre temps à essayer de nous dépatouiller de ce problème de batterie, mettant à rude épreuve les nerfs des spécialistes locaux et de RACQ…notre dépanneur préféré !

Finalement, un vendeur de batterie nous fera un montage maison, avec un système isolant la batterie qui sert pour le frigo de celui qui permet de démarrer le moteur. Ainsi le frigo ne pompera pas l’énergie de la batterie principale. Il a été charmant avec nous, normalement simple vendeur, nous avons profité de ses conseils et de ses 25 années d’expériences dans les moteurs de camions pour qu’il nous fasse tout ces branchements et ses dérivés.


Nous lui demandons si il a l’habitude de faire ça pour ses clients et il nous explique qu’il ne fait jamais de main d‘œuvre sur les véhicules. Il vérifie, conseil et vend simplement. Mais pour nous il a fait une exception. Nous apprécions vraiment le geste et lui offrons un jeu à gratter en plus de l’addition déjà conséquente avec l’achat de deux nouvelles batteries.

Bon Troopy est prêt à rouler, allons jeter un coup d’œil à cette distillerie de Rhum, sans forcément la visiter, c’est toujours marrant.



C’est confirmé, nous ne visiterons pas ces lieux touristiquement chers, mais on se promet de gouter ce rhum au prochain bar auquel nous nous arrêterons.

Après avoir vu les tortues de Mon Repos (cf article), nous remontons en direction de Rockhampton.
Sur la route, d’étranges grilles entourent les palmiers d’ici…



Nous nous arrêtons à Agnès Water, petite station balnéaire où nous avons profité du camping, de la plage, et de la connexion internet pour faire et mettre en ligne l’article spécial 100ème avec notre adorable Ruby qui fait craquer les p’tites mamies !

Petite balade sur la plage le soir…


nuits à la belle étoile…cet endroit est très paisible Nous décidons d’ailleurs de laisser là notre petit Ananas qui nous accompagne depuis maintenant 1 mois.


…ha ces gens qui abandonnent leur compagnon sur les bords des routes des vacances !

Une petite balade à « 1770 Town » …




..et nous reprenons la route pour Rockhampton. Cette ville c’est comme un mythe pour nous. Tout le monde nous en parle comme une ville où les habitants sont étranges et plutôt amateurs d’alcool à tout moment de la journée. Nous ne nous y attarderons donc pas, le passage à l’office de tourisme ne nous a gère plus encouragé à rester…alors un petit dodo près du cimetière…Nos voisins de cette nuit sont très calmes !


…et on plie les goals. Y a des endroits comme ça, si vous le sentez pas….le faites pas !

Nous ferons tout de même un stop au marcher réputé de la ville, qui se situe au fond d’un parking sordide, et où tous les gens ressortent leurs vieilleries pour vous les refourguer. Sans compter sur le talent des artistes locaux qui vous excellent dans l’art du collage de capsules de bières sur des lampes a pétrole ! Une sorte de vide grenier hebdomadaire où les gens revendent les affreusetés qu’ils ont acheté la semaine d’avant.

Il y a tout de même de magnifiques bâtiments.


Aller, nous on file !

Nous arrivons à Mackay, ville de passage quand vous traversez la côte. Notre guide, nous informe que la ville ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Ca donne pas vraiment envie de s’y arrêter, à moins que vous ayez un sens de la contradiction développé.  Nous en tous les cas on va suivre le Lonely Planet (même si certains écrivains du fameux guide sont persuadés qu’un crocodile de 12 m se balade dans la ville de Rockhampton…fume Jackie !) et notre instinct nous guide vers Dolphins Head, plus calme pour trouver un abri pour la nuit.

Arrivés sur place, nous partons nous rafraichir d’un bon bain de mer bien mérité après les nombreux kilomètres que nous nous sommes déjà avalés.

Le soleil couchant, nous réchauffe par sa couleur d’or, et nous apaise de toute la tension des derniers jours.



Après une bonne toilette sur les douches de rinçages, nous faisons la connaissance avec Laurrie, qui habite la magnifique maison devant laquelle nous avons garé notre Troopy.


Il nous rejoindra dans la soirée, pour nous faire part de son expérience en 4x4 sur le Cap York. Une expédition sortie tout droit d’un Raid genre Bornéo, qui nous a carrément refroidis.  Passages dans des rapides immergeant le véhicule jusqu’à la limite du moteur, problèmes techniques, absence de couverture réseau…Ouah bah c’est pas gagné pour nous. On va peut être éviter cette partie !

Aller, un gros dodo, ici tout est toujours aussi calme.

Le matin, nous apprécions d’avoir planté la tente dans cet endroit de rêve. La vue est magnifique aux premières lueurs du soleil



Nous faisons la connaissance avec nos voisins de parking (décidemment). Un couple de Français avec qui nous avons partagé le petit déjeuner.


Alexandre nous raconte qu’il est persuadé de nous avoir déjà vu quelque part sans savoir où…Mais à la vue du Nutella…il réalise qu’il nous a connu a travers notre blog qu’il a consulté avant de venir en Australie. Pas peu fiers, nous confirmons que je suis bien drogué au Nutella, et que Ruby nous accompagne toujours dans nos aventures….incroyable !

Mais ce matin, il va se passer quelque chose d’encore plus incroyable pour moi. A la vue des fruits qui tombent des palmiers je questionne nos deux amis français, qui me confirment la présence d’une noix de coco au milieu de ce gros fruit sec que j’ai dans la main. Je m’attaque donc à l’enveloppe très résistante de ce fruit…


…pour atteindre au bout de quelques nombreuses minutes….la Noix de Coco !!!!


Aller, un petit coup sec de clé à molette (c’est une version moins exotique mais tout aussi efficace de l’ouverture d’une noix de coco), et le jus coule a flots !

Une bonne noix de coco viendra donc s’ajouter a notre petit déjeuner…




…et que nous partagerons avec Alexandre et Pascale.

C’est pour moi un vrai fantasme que je viens de réaliser, ouvrir ma noix de coco dans un endroit aussi beau que sur cette plage, et partager son gout exquis et juteux.

La prochaine fois, j’irai la chercher moi-même en haut du cocotier !!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Queensland
commenter cet article

commentaires

Carole 15/03/2009 23:10

t'as pas partager ton nutella ????? Joe ! Non quand même pas!?

matou 14/03/2009 15:40

plus je vous lis... plus je me dis que votre retour va être difficile... va trouver une noix de coco à paris toi !... enfin je veux dire... enfin vous voyez quoi !

Gini 11/03/2009 14:08

Y'a pas à dire le Nutella est universel!!! On reconnait bien là les gourmands!

Continuez à nous faire profiter de vos aventures.

Papa & Maman 11/03/2009 06:42

Etre reconnus grace au nutella, décidémént le monde est petit.
Vous avez le chic de renconter des gens super sympatiques, c'est peut être à cause de votre bonne humeur, vous respirez le bonheur et ça doit se transmettre.
En tous cas moi ça me touche et vous êtes ma bouffée d'oxygène le matin.
Alors ne faiblissez pas encore des articles encore et encore.
plein de bisous

LAETI CHOU 09/03/2009 11:04

C'est clair cette ville a l'air très étrange même voir flippant... J'espère que votre prochaine aventure sera plus exitante pour vous !
Vous avez dû être content de rencontrer ses français... C'est trop fun qu'il vous ait vu sur le blog et après qu'il vous ait rencontré au bout du monde. Ah la la le monde est petit...

Un gros bisous de Paris