Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 14:27
Mercredi 25 février 09

Ce soir, c’est le grand soir; nous allons assister à l’un des plus extraordinaires spectacles de la nature : l’éclosion des œufs des tortues…
Pour profiter au maximum de cette soirée, nous restons bien au calme à l’arrière de Troopy, à se reposer tout en écoutant de la musique.
Nous ne portons aucune attention au nombre croissant de personnes sur la petite plage qui nous sert de paysage. Quelle erreur ! Alors que nous commencions à nous préparer pour l’événement, nous apprenons par un passant que juste devant nous, une centaine de petites tortues venaient de rejoindre l’océan ! Quoi ????!!!!! Des tortues ? Juste ici ?! En plein jour ! Et on est resté comme des paresseux dans la voiture???!!!
On se précipite alors sur la plage à la recherche d’une toute petite retardataire… Allez s’il vous plait… Mais rien, que les traces de leur passage… On est vraiment trop nul…

Nous voyons une dame, munie d’un sceau et d’un calepin, creuser près de la plage. Nous apprenons que c’est une volontaire qui vient compter les œufs après chaque éclosion. Ni une ni deux, nous nous retrouvons juste derrière son dos, à observer tous ces faits et gestes…


Oh !!!! Une petite tortue ! C’est incroyable, il y en avait encore une dans le nid !!! C’est trop mignon ! Une petite tortue qui nous attendait… C’est une grosse consolation !


La dame nous propose d’aller la déposer à mi chemin sur la plage… Oh oui, oh oui ! Nous la prenons très délicatement entre nos doigts. Nous n’en revenons toujours pas…


La petite bestiole est programmée, comme un de ces jouets que tu remontes à l’aide d’une clé et qui avance quoi qu’il arrive. La petite tortue rame sans cesse… Son seul but étant de rejoindre la mer.



Allez, il est temps maintenant de laisser ce petit animal à son propre destin. C’est John qui la déposera délicatement sur le sable.


Et c’est parti ! Elle rame de toutes ses forces. Nous veillons sur elle. Aucun crabe, ni aucune mouette en fera son 4 heures !



Quel beau spectacle… Nous sommes tous émus de la voir disparaitre dans cette immensité d’eau…

Bon allez, il ne faut pas être en retard. Nous avons rendez-vous à 18h30 au centre de conservation de Mon Repos. Cette plage de 15 kms de long abrite la plus large concentration de nids de tortues Caouannes et autres tortues marines du continent et notamment, la plus grande colonie de tortues loggerhead de l’océan du  Pacifique Sud.
Nous avons patienté près de 5 jours à Bundaberg pour ne pas  rater ce rendez vous. Il est essentiel de réserver sa place car seulement 300 personnes par soir, peuvent avoir le privilège d’aller sur cette plage gardée.

Nous sommes accueillis par des rangers et des volontaires très agréables qui nous expliquent le déroulement de la soirée.
Nous partirons par petits groupe de maximum 40 personnes sur la plage, au moindre de signe de mouvement dans le sable. Des volontaires arpentent la plage à la lampe torche à la recherche des éclosions. En attendant son tour, de nombreux panneaux informatifs permettent de connaitre un peu mieux les tortues marines.

Nous sommes chanceux, car nous sommes dans le premier groupe, celui qui partira en premier sur la plage. Au moins, on est pratiquement surs de voir des petites tortues !
En attendant, nous lisons avec beaucoup d’intérêt les différents panneaux.


C’est  ainsi que nous apprenons que contrairement aux humains, le sexe des bébés tortues n’est pas défini à la conception. Il dépend de la température du sable autour du nid. Si le sable est plutôt chaud, ce sera des femelles, par contre, si le sable qui entoure le nid est froid, ce sera des mâles.

Les mamans tortues doivent avoir 30 ans avant de pouvoir donner naissance pour la première fois. Durant ces 30 années, elles parcourent les mers et océans, tout en prenant au maximum 3 cm/an. Elles peuvent parcourir jusqu’à 70kms en une journée. Certaines tortues nées à Mon repos ont été retrouvées au Pérou !
Lorsqu’elles arrivent à maturité sexuelle, elles rencontrent un beau mâle qui sera ravi d’avoir une ou plusieurs parties de sexe ! Seules les femelles retournent sur la terre pour accomplir leur mission. Les mâles quant à eux restent à naviguer dans les eaux profondes des océans… (Ah, juste le plaisir ! Heureusement que nous les femmes, on a le sens du devoir !)
Les tortues viennent pondre les nuits entre novembre et janvier et les œufs éclosent 8 semaines plus tard, soit de janvier à mars… En général, une loggerhead pond entre 120 à 140 œufs à chaque fois.

Lorsque le temps est venu pour nos petites tortues de sortir du sable, elles mangent une partie de la coquille de leur œuf afin d’emmagasiner un peu d’énergie pour rejoindre la mer et surtout parcourir les nombreux kilomètres qui les séparent des bons courants marins.




Groupe 1 !!!!

Mon cœur s’emballe, c’est à nous ! Je suis excitée comme une  puce ! Il se passe quelque chose sur la plage… En deux trois mouvements, nous nous retrouvons en file indienne, comme à l’école, à écouter toutes les recommandations des rangers. Pas de lumière, pas de photos avec flash sans autorisation, pas de bruit et surtout toujours rester derrière le ranger.
Consignes comprises par tout le monde, nous avançons doucement à la seule lumière de la torche du ranger. L’émotion est là. Le fait que ce soit une nuit noire rajoute encore du charme à cette expédition !
Soudain on s’arrête. Le ranger nous demande de l’attendre ici. Quelques minutes plus tard, nous devons former un cercle autour d’un petit tas de sable… Bien évidemment, nous avons fait en sorte d’être aux premières loges !

A peine le temps de quelques explications, que le petit tas de sable commence à s’effriter et là… Magique ! Une centaine de petites tortues minuscules émergent du sable ! C’est incroyable…



Nous sommes super bien placés, nous bénéficions de la lumière de la torche du ranger… juste devant nous ! Arrêtes de bouger ! Eclaires !


Ce qui est incroyable, c’est que ces petites tortues sont irrésistiblement attirées par la lumière. Elles se dirigent sans comprendre vers ce soleil artificiel. Ce qui pose un dramatique problème pour la survie de cette espèce. En effet, avec les constructions croissantes et sans limites sur les bords de mers, la pollution lumineuse est de plus en plus présente et les tortues se dirigent vers les villes plutôt que vers l’océan. A Mon Repos, les habitants sont très sensibilisés à ce problème et éteignent consciencieusement toutes les lumières à la tombée de la nuit ou ferment simplement leurs volets. Néanmoins, le centre de conservation a dû batailler dur pour faire réduire l’éclairage public des villes alentours.

Un des volontaires s’est posté à 2 ou 3 mètres de là et attend toutes les petites tortues pour les mettre dans une sorte de cage afin de toutes les regrouper.


Le ranger fouille le nid à la recherche des retardataires et des plus faibles… Et quand il n’y en n’a plus, il y en a encore ! Une deux, trois… puis encore une petite dizaine gravissent péniblement les parois  abruptes du nid… Cette fois ci, tout le monde est là.
Les rangers prennent une des petites bestioles et l’approchent des visiteurs qui peuvent ainsi  mieux la voir et même la toucher. Mais attention, on ne touche pas la tête, seule la carapace et les pattes.  C’est trop mignon…


Le temps est venu de la deuxième étape : la ruée vers l’océan. C’est un moment critique, car le risque d’écraser une petite tortue est maximum. Nous devons alors former deux lignes et les enfants grimpent en niveau de responsabilité. Ils doivent se mettre au milieu, les jambes écartées et surtout ne plus bouger. Ils doivent éclairer le sol avec une lampe torche, ainsi, les petites tortues passeront entre leurs jambes. 


Quelle bonne idée. Les enfants, qui sont notre futur, sont ainsi d’autant mieux sensibilisés à la sauvegarde de cette espèce en danger.
Nos petites tortues foncent, avec une détermination bluffante vers cet océan si peu hospitalier. Une vague en repousse sur le sable, mais elles repartent de plus belle. Puis, plus rien… Le calme… Toutes nos petites tortues sont livrées à elle-même dans cet océan  si immense, si noir, si froid… A peine nées, elles savent ce qui est bon pour elles… C’est incroyable… C’est un moment tellement riche en émotion… Tellement intense…

C’est cruel de savoir que seulement 1 tortue sur 1000 atteindra l’âge de maturité sexuelle et reviendra un jour, à son tour pondre sur la plage sur laquelle est née. En effet, la tortue est pourvu d‘un système de navigation hautement développé qui lui permet de retrouver le lieu de sa naissance… 1/1000... C’est tellement peu…
De nombreux dangers guettent nos petits protégés; que ce soient les multiples prédateurs, ou encore l’ignorance des humains. Les constructions trop près du littoral produisent, comme je vous l’expliquais, une pollution lumineuse qui attire les tortues dans la mauvaise direction, mais aussi, la clim des magasins refroidissent le sable, déterminant artificiellement le sexe des tortues. Le froid engendre plus de mâles ce qui déséquilibre la balances des sexes… Les femelles se font de plus en plus rares…
Les constructions empêchent également les mères tortues de pondre à un endroit à l’abri de la marée haute. Parfois, elles sont contraintes à pondre là où la marée peut inonder le nid,  tuant ainsi tous les œufs. Grâce au travail acharné des volontaires et des rangers, des milliers de petites tortues sont sauvées chaque année. Ils déplacent en effet, les nids pour les mettre en lieu sûr. Ils n’ont toutefois que deux heures après la ponte pour effectuer ce changement car après, le fait de bouger les œufs tue l’embryon.

Quelle soirée enrichissante, émouvante… Nous ne sommes pas prêts de l’oublier. Je pense que ça va rester un moment fort de notre voyage… C’est avec tout plein de belles images que nous allons nous coucher… Juste face à la mer…En pensant bien fort à toutes ces petites tortues qui sont parti pour nager 3 jours et 3 nuits non stop afin de rejoindre les bons courants…

Le lendemain matin, nous nous réveillons, toujours avec l’autocollant sur la poitrine ! Les locaux nous demandent nos impressions sur ce spectacle naturel. Ils sont charmants et  plutôt fiers que 2 européens aient fait le détour.
Nous recroisons la volontaire qui était venu compter les œufs la veille. Nous allons la saluer et découvrons que durant la nuit, une autre portée a rejoint la mer.
Elle fouille alors le nid…


Un des œufs n’a pas éclos. C’est exactement la taille d’une balle de ping pong, mais c’est plus lourd…


Nous échangeons avec elle au sujet des loggerheads ! Héhé ! Maintenant, on en sait plus ! Nous avons même réussi à l’étonner… Nous avons été de bons élèves hier soir !

Soudain, comme un cadeau de la nature, deux petites retardataires pointent leurs petits bouts de nez !


Elles commencent alors l’ascension de leur nid…Ca fait déjà deux jours qu’elles creusent la soixantaine de centimètres qui les séparent de l’air libre…


Nous sommes encore une fois des privilégiés. La dame nous propose d’aider ces petites bêtes dans les premiers instants de leur vie.
Quelle chance unique ! Impossible de ne pas faire une course de petites tortues ! Allez hop ! On trace une ligne de départ et c’est parti !


Je crois que pas beaucoup de monde peut dire qu’il a déjà fait une course de petites tortues dans sa vie… Et ba nous si !!!! C’est ti pas le pied tout ca ?!

Allez ! Vas-y ! Tu peux le faire ! Tu vas gagner ! Héeee ! C’est pas juste ! La mienne est retardée par une trace de pas !

Elles sont maintenant au coude à coude… Allez, encore un effort !


Les premières vagues touchent leurs pattes. Mais elles ne semblent guère surprises par ce contact… Elles continuent d’avancer…


Ah, la mienne semble avoir bu la tasse et a décidé de faire des zigs zags !


Aaaaaaaah ! En fait, elle voulait laisser la petite tortue de Joe gagnée. Quelle grande princesse !
Un dernier signe de la patte, un petit salut et à bientôt, puis elles disparaissent dans la mer…



….

Pas un mot… Nous sommes tellement sous le compte de l’émotion… nous restons à regarder l’océan… Si grand… Si calme…

Au revoir petites tortues… Prenez soin de vous et à dans 30 ans !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Queensland
commenter cet article

commentaires

Camille et JM 25/03/2009 11:36

Ce reportage sur les bébés tortues est vraiment magnifique!
gros bisous,
Camille et Jm.

Carole 15/03/2009 23:01

wouaw!

matou 14/03/2009 15:38

vous savez que vous vos blogs sont un excellent sujet de conversation avec la famille... le week end c'est "blablablabla", "mariage blablabla" et on en vient à"t'as vu le dernier article ? " "lequel ?" "celui avec les tortues ?!" "ah ouais, trop mignon blablablablabla" ...

catherine 09/03/2009 18:19

Formidablement émouvant. Au sein de cette ville de paris et installée à mon bureau je suis fascinée et émue par ces petits et par ce beau spectacle que reste la naissance et la vie...
On avait presque envie de donner un prénom aux deux dernières sur la sable!!!
gros bisous
catherine

Steph brother ! 08/03/2009 19:48

Il parait que c'est très bon avec un peu de sel!
HOOOOOOOO! mais non je plaisante!

En fait je suis jalou! j'aurais bien aimé être à votre place!

Turtle Steph.