Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 04:07
Du 2 au 21 février 2009

Nous revoilà sur les routes de la Sunshine Coast, toujours vers le Nord. Vous connaissez notre petit faible pour les « Big Things ». Souvenez-vous; ces grosses choses d’un kitch inégalable ! C’était sûr qu’étant dans le pays de l’ananas, nous allions voir un big pineapple ! Et ca n’a pas loupé; quelques kilomètres plus loin, un panneau indique la direction du gros ananas. Ruby trépignait dans la voiture; il voulait à tout prix voir ce big ananas. Donc on laissera Troopy sur un parking bondé de monde pour un bon moment de culture !



Nous aurons tout de même appris qu’il faut deux ans à un ananas pour qu’il soit à maturité.
De là haut, nous apercevons les champs d’ananas.



Ruby est ravi et nous fait remarquer que l’on est également dans le pays des noix de macadamia donc qu’il y a forcément une noix de macadamia géante ! Il est fort ce Ruby…

Allez savoir pourquoi, mais sur le complexe de l’ananas géant, il y a aussi des oiseaux, des pythons, des poissons et aussi des pauvres grenouilles enfermés.


Nous prendrons seulement une photo des grenouilles. On a vraiment horreur de voir ces animaux en cage…
Nous reprenons notre route pour le parc national de Mapleton et sa cascade de 80 mètres. Nous effectuons un petit stop à la mare de Lilyponds pour un pique-nique.


L’endroit est charmant. Les nénuphars sont de toutes les couleurs. Désolés, pas de photos lorsqu’ils sont ouverts, car têtes en l’air que nous sommes, nous avons oublié notre Lonely Planet et notre carte routière à la librairie de Nambour. Quand on n’a pas de tête, on a Troopy ! Mais bon !  A éviter quand même !


En fin d’après midi, nous atteignons le parc national… Le lookout est très joli, car nous surplombons pour la première fois, une forêt de palmiers…



Par contre, la cascade de 80 mètres est complètement ridicule : juste un petit filet d’eau que l’on aperçoit à peine. Tant pis on passera tout de même la nuit ici, en tente, malgré l’interdiction.
Pour se rattraper, la nature nous offre un joli coucher de soleil.


Le lendemain matin, nous repartons pour Eumundi et son marché. ( cf l’article précédent) puis, nous regagnons Noosa; une ville où il fait bon vivre. A tel point que nous lui avons consacré un article entier… (cf article à venir !)
Après Noosa, c’est à Rainbow Beach que nous stopperons pour quelques jours. Rainbow Beach marque le départ pour Fraser Island.
Nous y avons fait la connaissance de Pablo, le toulousain qui nous accompagnera sur l’île. Le temps est vraiment mauvais; pluie, pluie, tempête et vent… Impossible de jouir de la beauté de l’endroit. Nous en profiterons alors pour ranger et nettoyer Troopy. Nous décidons d’aller planter la tente dans un des campings. Le propriétaire ayant un peu mal au cœur pour nous, étant donné le temps, nous propose bien gentiment de planter notre tente sous un abri de pique-nique. Un petit bout de 9 ans - un peu beaucoup pot de colle - s’est proposé de nous aider.


Il est mignon, mais impossible de s’en défaire et il a 8 frères et sœurs ! Oula, non pitié ! Finalement, une dame viendra nous libérer !
Ce sera donc un après midi calme à jouer au Uno…


Le temps se calme un peu, on en profite alors pour aller visiter les environs du camping. C’est marrée basse; le spectacle qui s’offre à nous est digne d’un décor hollywoodien.





Mais notre ballade fut de courte durée car la pluie, ou plutôt le déluge est arrivé ! Il pleut tellement fort que l’eau commence à inonder notre abris et nos tentes !


C’est infernal, on ne cesse de creuser, diguer et déplacer nos tentes pour les protéger, mais l’eau est toujours la plus forte et revient sans cesse. Je décide alors de creuser une douve autour de notre tente. C’est la première fois que la pelle de Patrice va servir…


Pendant ce temps là, John aide Pablo a déménager sa tente. Au final, on passera une nuit au sec ! Mais en compagnie des grenouilles qui ont envahi le camping. Il y en a des centaines partout !


Nous avons labouré le terrain du camping, pire que des taupes!  Mais bon, on avait l’accord des propriétaires; ils nous avaient dit de faire ce qu’on pouvait pour stopper l’eau ! Héhé ! Ce n’était pas sans penser que l’on avait une pelle !

Au petit matin, douche prise, piles rechargées, vaisselle nettoyée… nous sommes fin prêts à quitter les lieux.
Bowwwwoup…
Troopy ne veut plus partir ! Encore cette histoire de batterie ! Le propriétaire du camping vient nous aider et Troopy redémarre.


Mais il va bien falloir résoudre ce problème, car on part sur Fraser demain ! Nous retournons à RACQ (le garage chez qui nous sommes assurés) afin de revérifier les batteries… Et comme  d’habitude, ils nous diront que les batteries sont en pleine forme, que l’alternateur va bien ect, nous referont démarrer et repartiront sans que l’on sache ce que Troopy a !


On croise les doigts pour Fraser, car sur l’île, pas de couverture réseau et aucun dépannage !

Cet après midi là, nous profitons des quelques rayons du soleil pour aller découvrir les Carlo Sandblow; une immense dune de sable coloré.
Tout n’est que sable… c’est  très joli…




On passe du sable jaune, au sable blanc, au sable marron, au sable orange puis au sable rouge…





Nous sommes le 14 février, donc un petit cœur s’impose dans le sable. Petit petit, qui a dit petit?


Moi je dis, « tout ce qui est petit est mignon » , donc ce sera un petit cœur discret pour mon amoureux…


Allez, on croise les doigts pour Fraser Island demain matin…
Vous aurez le verdict dans le prochain article, rien que pour Fraser…


Fraser Island, c’est fait. Maintenant, Tin Can Bay où le rêve devient réalité

L’un de nos rêves communs, était d’approcher les dauphins. C’est pourquoi, à chaque office de tourisme où le contact était particulièrement bon, nous posions la même question : « Où peut-on voir des dauphins? Mais on ne veut pas les voir dans une piscine. On aimerait approcher les dauphins sauvages, sans payer une fortune… »
Alors que nous étions encore dans le NSW, un monsieur a prononcé le nom de Tin Can Bay, mais avec plein d’incertitude. Ce nom est tout de même resté quelque part dans un coin de ma tête.
Alors que nous étions à Noosa, nous reposons la même question. La réponse fut : Tin Can Bay. TILT !!!!
A chaque fois, cette réponse a été donnée à demi-mots. Et nous, on adore lorsque c’est à demi-mots. Cela annonce une expérience peu touristique, comme un privilège que les australiens font à quelques visiteurs…
Nous voilà donc à Tin Can Bay. On passera une nuit chaude, très chaude dans Troopy et sous un ciel illuminé par les nombreux éclairs.


Demain, On va voir les dauphins !!!

Samedi 21 février 09

Nous arrivons à pied près de l’eau où nous pensons que les dauphins viennent. Nous nous ne sommes pas trompés; déjà, une vingtaine de « privilégiés »et de locaux sont les pieds dans l’eau. Nous sommes accueillis par un volontaire fort sympathique qui nous pose mille et une questions.  Le pauvre, j’ai du mal à me concentrer pour lui répondre : « Monsieur, il y a un dauphin dans l’eau !!!!! » Je m’excuse et file près de l’animal.


C’est incroyable, il est là, à moins d’un mètre de nous. Il tourne, va saluer les visiteurs, s’en va faire un petit tour et puis revient.


 On entend son cri. C’est exactement comme Flipper le dauphin ou encore Galac. C’est tout simplement magique. J’ai envie de pleurer tellement c’est incroyable.
Le dauphin qui nous fait le plaisir de sa visite s’appelle Mystique. Il a 18 ans.



Il vient ici tous les jours depuis qu’il a été sauvé à deux reprises par les humains.
Alors qu’il était encore qu’un bébé dauphin, il a été recueilli par des volontaires alors que son père venait de se faire heurter par un bateau. Ils ont pris soin de l’animal jusqu’à ce qu’il soit suffisamment grand pour partir seul à la conquête de  l’océan. Malheureusement quelques temps plus tard, il a été attaqué par des requins. Alors qu’il était grièvement blessé, une des volontaires est restée 10 heures dans l’eau pour lui prodiguer les premiers soins. C’est fascinant de voir la réaction de Mystique lorsqu’il voit cette dame; il la suit partout. Un lien très fort semble unir ces deux êtres.



On dirait une de ces histoires que les enfants adorent lire avant d’aller dormir…
Depuis, Mystique parcourt chaque jour, les 14 Kms qui séparent son territoire de  l’entrée du village.
Les dauphins viennent régulièrement à la rencontre des humains depuis 60 ans ! Certains jours, Mystique est accompagné par deux autres dauphins.

Nous étions donc dans l’eau, jusqu’aux genoux, à s’émerveiller devant cet animal si calme. Je suis intriguée par les différentes marques sur son dos. Un des volontaires m’explique que ce sont des traces de marquages de territoire.

8h00: c’est l’heure du petit déjeuné de notre ami. Chaque personne peut lui donner un petit poisson à la main et ce jusqu’à 3kgs maximum, car le dauphin doit aller pêcher lui-même le reste. Nous nous mettons donc dans la queue pour recevoir notre petit sceau blanc avec un poisson dedans. Alala, je suis toute excitée.


Cette expérience est totalement gratuite; les volontaires demandent seulement un minimum de  deux dollars par donation pour aider à maintenir le centre ouvert. Libre à vous de déposer ou non les pièces et voir mieux les billets !
Nous étions donc en petit groupe dans l’eau, le poisson à la main et chacun son tour, nous plongeons le poisson sous l’eau pour que le dauphin vienne délicatement le saisir. Waouh ! Si proche, si précautionneusement.


L’envie de le caresser est  très forte, mais cela est interdit car les volontaires tentent de conserver cet animal sauvage et surtout, le risque de maladies manuportées est trop important.
Mais quel moment incroyable ! Encore une superbe expérience à ajouter à notre voyage…

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Queensland
commenter cet article

commentaires

Carole Ludo et Sophie 22/02/2009 22:20

cooool! du rêve encore du rêve! continuez les enfants! moi j'adore!

les thuilliers 22/02/2009 18:21

MAZELTOF !!!!

flipper is alive !! çà n'est donc pas une légende !!

j'espère que vous lui avez transmis des gros poutoux pour nous !

grox bisous!!

carine et mika 22/02/2009 14:06

COUCOU les amoureux
C'est super de pouvoir approcher les dauphins...Une experience que vous garderez a vie dans votre mémoire et en prime une superbe histoire a racconter a vos enfants...

Gros bisous les loulous

laeti chou 22/02/2009 12:03

Un rêve de plus s'est réalisé pour vous, magnifique ce dauphin, vous avez dû s'avourez ce moment si magique !!!
Impatiente de voir le blog sur Nossa... endroit très fêtard !!!
gros gros bisous

Papa & Maman 22/02/2009 06:51

Eh bien ça valait le coup d'être quelques jours sans nouvelles,vous vous surpassez!
Génial cet article,je pense qu'il va en faire rêver plus d'un.
bisous les enfants.
maman