Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 03:02
Du 15 au 18 janvier 09

Nous quittons finalement la côte pour découvrir l’hinterland, autrement dit l’intérieur des terres, riches  en forêts, cascades et montagnes. Pour ce faire, nous empruntons la seule et unique route, ou plutôt chemin, qui serpente dans une campagne luxuriante.



Nous sommes tombés nez à nez avec une curiosité naturelle: une vache sous marine ! En effet, depuis la route surplombant la rivière, nous avons aperçu une vache dans l’eau et surtout la tête sous l’eau ! Difficile de dire de quelle couleur était son masque et tuba !


Au fur et à mesure que nous poursuivons notre avancée, nous apprécions d’avoir un 4x4. La route devient de plus en plus mauvaise et surtout, un nuage de poussière se soulève à chaque fois que nous croisons un autre véhicule, ou tout simplement après notre passage.


Lorsque nous arrivons à destination, c’est-à-dire au New England National Parc, c’est avec dépit que nous constatons que la poussière est partout, jusque dans nos tiroirs de nourriture ! Troopy a bénéficié d’un bon coup de ménage… et nous d’un bon sandwich maison.
Nous avons établi notre campement juste à l’entrée du parc sur un terrain prévu à cet effet. Un emplacement ombragé, muni d’une table et d’un barbecue. Etant donné que nous sommes à l’extérieur du parc, nous ne devons pas nous acquitter du droit de camping, ce sera donc une nuit gratuite !
Une fois rassasiés, Troopy rafraîchi et la tente montée, nous nous rendons à Point Lookout afin de repérer d’où on appréciera le lever du soleil mais également quelle randonnée nous effectuerons demain.
Journée programmée, nous faisons une courte halte à la recherche d’un autre point de vue, mais ce sera sans succès, impossible de trouver le chemin alors qu’il n’est qu’à 5 minutes de marches ! Je sens bien que demain, on risque de se perdre un petit peu, car au New England NP, ils ne sont pas très fort avec les panneaux…
De retour au camping, nous allumons notre barbecue; ce soir, steak haché avec  pommes de terre et oignons dans la braise… Hum…

 
Les photos sont très amusantes, car on a l’impression que John est encore sur son barbecue à la nuit tombée !


Certes, faire de la braise a pris un peu de temps, mais je vous rassure, nous avons commencé à diner avant la nuit noire ! Comme de vrais campeurs, nous avons terminé notre repas à la lueur d’une lampe au kérosène… On progresse, on progresse !


Ce sera sous une nuit magnifiquement étoilée que John s’amusera avec le feu et surtout son appareil photo. Quel artiste ce Joe !



Mais il commence à se faire tard, et demain on se réveille avant le soleil, donc au dodo…

5h20. Le réveil sonne. Tout est calme au camping. L’air est déjà bon… Nous nous habillons et partons à notre point de rendez-vous. On ne veut pas être en retard. On sait que le soleil n’attend pas…
Nous sommes à l’heure voir même un peu en avance. Nous avons l’impression d’être sur le toit du monde avec nos 1563 mètres d’altitude. L’endroit est paisible, nous écoutons la nature s’éveiller tranquillement sous un spectacle magnifique. Avant qu’apparaissent les premiers rayons du soleil, le ciel et surtout la brume qui enveloppe les montagnes se teinte de multiples couleurs.




6h00; le soleil est à l’heure. Ses premiers rayons inondent le monde…


La terre se teinte d’or sur son passage.



C’est assez incroyable de se dire que depuis des millions d’années, cet astre se lève majestueusement afin d’accomplir son travail. Devant un tel spectacle, j’arriverai presque à comprendre les gens qui dansent tout nu chaque matin afin de remercier le soleil !

Allez, le top départ de la journée est lancée. Petit déjeuner et en route pour la Cascade Walk. Après quelques kilomètres de marche, nous arrivons à un croisement qui nous pose déjà problème. Quel chemin ? Les panneaux qui indiquent la direction se dressent à une dizaine de mètres du carrefour. Vive la précision ! D’après notre carte, ce serait celui là… On s’enfonce alors gaiment dans la végétation. C’est étonnant, ca grimpe vraiment… ne serait ce pas la randonnée du lookout que l’on est en train de faire ?


Bingo ! Ce n’est pas le bon chemin… Je sais que Joe adore la marche donc il a fait exprès de se tromper afin d’en effectuer deux aujourd’hui ! Mais ca valait le coup de se tromper; l’endroit est magnifique.


Nous avons atteint le plateau de la montagne. Une vue à 360° s’offre alors à nous.



Allez, on redescend; l’objectif est tout de même d’aller voir ses cascades. De retour au croisement, nous empruntons donc l’autre chemin, avec toutefois un mauvais pressentiment de ma part. Mais comme Joe dit, il n’y en a pas d’autres… Voici la seule photo de cette randonnée de m… .


Désolée pour cette vulgarité mais je vous explique. 17 km de marche pénible au travers les arbres qui nous barrent le chemin, les toiles d’araignée et surtout les ronces qui déchirent mes petites jambes bronzées. Nous n’étions encore une fois pas sur le bon chemin, mais sur un trail. C’est-à-dire un passage de traverse utilisé par les pompiers ou les chevaux; celui ci à l’allure d’un ancien trail, car la végétation à repris le dessus.
Bref, 17km  sous une chaleur étouffante, à monter et descendre, dans un environnement où rien ne vaut le coup… bref un bon petit pépin et gros noyau !
TROOPY !!!! Qu’est-ce qu’on est heureux de te revoir ! Fatigués, dégoûtés, on retourne au campement afin de plier la tente et de quitter ce parc au profit de Dorrigo.
Sur la route, nous faisons une escale à Ebor Falls. Cette magnifique cascade très facile d’accès ( moins de 10 minutes de marche ) nous réconcilie avec notre matinée.



Quelques kilomètres plus loin, la toute petite ville de Dorrigo nous accueille. Nous nous dirigeons vers les Dangar falls. Une jolie cascade qui se jette dans une piscine naturelle.



Impossible de résister à la tentation d’y plonger.


Ce sera donc sous la pluie, juste en amoureux que nous prendrons ce bain rafraîchissant.




Quelques brasses plus tard, nous regagnons Troopy et installons notre base sur le parking de la cascade. Des toilettes, de l’eau potable et même des barbecues abrités; Tout y est. Nous dinerons en compagnie d’un canadien et d’un coréen. Demain, direction Dorrigo National Parc…
Le lendemain matin, c’est sous une pluie fine à te tremper jusqu’aux os que nous nous réveillons. Impossible d’aller marcher avec ce  temps, d’autant plus que l’épaisse couche de nuages bas rend la conduite délicate. Nous avons donc  passé pratiquement toute la journée dans Troopy, à jouer au Uno et à discuter sur notre avenir commun. Ce jour là, nous avons tout de même visité le plus petit musée au monde de motos ! Nous y avons gouté un meat pie, autrement dit une tarte à la viande, réputé en Australie et les traditionnelles frites. Alala, la cuisine française n’a vraiment rien à envier à sa cousine australienne  ! Ceci étant dit, notre ventre a été rempli !
Allez, encore une nuit dans la voiture, il pleut trop pour monter la tente. Je croise les doigts pour que demain le temps soit plus clément avec nous car je veux visiter le Dorrigo NP !


Dimanche 18 janvier.

Ce n’est pas sous un soleil étincelant que nous nous réveillons, mais la pluie semble avoir fait une trêve. Direction alors le Rainforest Center. Cet office de tourisme du parc est encore une fois surprenant par sa qualité. Nous apprenons beaucoup sur la rainforest, en appuyant sur plein de boutons, allumant des lumières, ouvrant des portes et des tiroirs… Bref, vous l’aurez compris, une exposition interactive, comme on les aime. Nous repérons les possibles animaux que l’on pourra croiser sur notre randonnée. Nous faisons connaissance avec le Green cat bird, un oiseau qui imite le cri d’un chat. C’est assez amusant. Nous espérons toutefois éviter un des hôtes de cette forêt, le python çi dessous.


Un petit encadré explique que ce charmant reptile a dévoré tout cru un bébé possum devant les yeux horrifiés d’un groupe de randonneurs accompagné d’un ranger. Imaginer la scène, vous êtes tout attendri par une petite boule de poils dans l’arbre et là, un gros serpent se jette la gueule grande ouverte sur la pauvre bête; le conte de fée se transforme assez rapidement en film d’horreur !
Bon allez, on va peut être aller marcher nous !
Nous avons choisi une randonnée de 7 km au cœur de 11732 hectares d’une forêt incroyable, je dirais même d’une véritable jungle, classée depuis 1986 au patrimoine mondial. Et on comprend bien pourquoi.
A peine quelques centaines de mètres parcourus sur la Wonga walk, nous découvrons une végétation encore inconnue jusqu’alors.



Des lianes, les mêmes que Tarzan utilise pour se déplacer d’arbres en arbres. Certaines créent de vrais casse-têtes tellement elles sont emmêlées.




Nous découvrons également les fruits de palmiers; ces petites boules rouges qui feraient un très joli collier.


Mais le plus surprenant, selon moi, ce sont les Strangler figs. Ce sont des arbres qui poussent sur d’autres. Un oiseau ou une chauve-souris fait tomber une graine lors de son vol dans la forêt. La graine est retenue par les branches d’un arbre, en hauteur. Celle çi commence alors à germer sur une branche. Les racines du jeune arbre vont descendre jusqu’au sol et au fur et à mesure des années, l’arbre naissant va s’enrouler autour de l’arbre hôte. Quelques centaines d’années plus tard, l’arbre hôte mourra étranglé, donnant ainsi plein de nutriments au nouveau.


L’atmosphère dans cette jungle est très étrange voir mystique du fait de la brume; et on a l’impression que  les arbres vont prendre la parole à n’importe quel moment. On se croirait presque dans la forêt magique de  L’Histoire sans fin. C’est génial !
Comme dans tout bon  conte, il y a les bons et les méchants. J’ai fait la rencontre avec un des méchants arbres: les Stinging tree.


A première vue, rien de très méchant. Et bien détrompez vous; je me suis fait avoir. J’ai été intriguée par une jolie feuille trouée tombée au sol. Je me suis baissée pour la ramasser et bam ! La feuille m’a attaquée avec plein de petites aiguilles. Aie ! Ca fait super mal! Les échardes sont beaucoup trop fines pour les retirées. Aie ! Je n’ai plus qu’à souffrir en silence, les rangers et les panneaux nous avaient pourtant informés de ce danger. Mais aïe quand même ! J’ai eu le doigt enflé tout le reste de la rando.


John quant à lui, à fait la rencontre avec les leeches, de petites sangsues. Une petite pichenette et elle dégage et si jamais elle s’est déjà accrochée, un peu de sel. Rien de très grave au final, mais il faut bien veiller à toutes les retirer à chaque fin de randonnée en milieu humide.


Mais lors de ce circuit, nous avons pu apprécier de magnifiques cascades. La première rencontrée se nomme Crystal Shower Falls. Elle porte bien son nom, car nous passons derrière ce rideau de pluie.



La deuxième chute d’eau, les Tristania falls, sont très impressionnantes et se déclinent en deux parties. Un petit pont permet de passer au dessus de la cascade de façon à se sentir tout petit.



Cette randonnée, facile, est vraiment agréable et surprenante de part sa végétation mais également par l’environnement sonore.
La forêt est colorée. Par exemple, les champignons qui colonisent les arbres sont d’un orange très lumineux.



Mais le plus amusant, ce sont ces cris étranges qui habitent la jungle. Nous avons, entre-autres, reconnu le cri de l’oiseau chat. Parfois, on pouvait se demander s’il n’y avait pas un bébé coincé dans l’arbre ! Les oiseaux australiens sont de couleurs incroyables et leur chant inimitable. Certains font penser au sabre laser de Star Wars, d’autre, à une mélodie de Bob Marley… un vrai délice de les écouter.

Comme en Tasmanie, de nombreux panneaux explicatifs nous informent sur l’écosystème de cette jungle et sur le rôle joué par chaque espèce vivante, végétale ou animale, dans la survie et la régénération de cet environnement.
Dorrigo nous aura offert une randonnée enrichissante qui restera dans nos souvenirs…Cela valait bien une journée entière à patienter dans Troopy…

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans New South Wales
commenter cet article

commentaires

laeti chou 31/01/2009 16:03

Magnifique, splendide, paradisiaque...

Enormes bisous les loulous

maman jo 30/01/2009 20:48

des photos prodigieuses !ça fait du bien de vous retrouver si beaux et si bronzes ! pour l'effet spécial avec le feu ,merci pour le message ! so cute bisous mamjo

Carole et Lulu 30/01/2009 18:15

dis donc! c'est quoi cet article horrible??
Des serpents mangeurs de bébés, des arbres tueurs...
vous voulez nous faire peur ?! ben c'est réussi! j'ai la chair d'ampoule moi!

carine et mika 30/01/2009 16:19

salut les loulous
cha,gement de couleurs pour nos yeux, du bleu(couleur de l'océan)nous passons au vert...trop sympas cette petite baignade dans le lac avec la cascade.Par contre la journée dans la voiture..je ne l'envie pas, mais au moins elle aura servit a quelque chose.
bisous bisous
carine et mika

Papa & Maman 30/01/2009 11:02

le coucher de soleil amgnifique, mais à part cet horrible serpent vous n'aviez rien d'autre.
vilain que vous êtes!
tant pis je suis quand même contente de retrouver de nouveaux articles.
gros bisous maman