Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 04:36
J’espère que l’attente n’a pas été trop longue pour les accros du blog !

Le lendemain, Mike a été indulgent avec nous et nous a donné du travail pas trop physique et très rigolo. Peindre un mouton ! Certes ca aurait été plus drôle d’en peindre un vrai qui court partout, mais aujourd’hui, on va se contenter d’un gros mérinos en polystyrène…
Il a fallu commencer par  lui redonner sa couleur blanche originelle,


Puis faire les finitions…


Oh qu’il est beau notre mouton ! Mike est tout content et nous aussi !


Nous avons également crée une coupe pour le camp des enfants. John est comme un vrai gamin avec tous ces marteaux, ces étaux, ces perceuses, bref un vrai établi de mec !
Première étape, trouver les bons matériaux, puis imaginer la forme de la future coupe. Et ensuite, nous laissons libre cours à nos talents manuels. Le résultat est… disons très artisanale, mais on a pris du bon temps !




  

Le jour suivant, retour au gros boulot. Mike n’étant pas là,  nous changeons de régisseur et nous retrouvons sous les ordres de Judith.
Aujourd’hui, travail dans le potager de Judith. Wahou ! Rien à voir avec celui de Mike. Judith a crée un jardin totalement organique; une pure merveille.
Le programme de la matinée, arracher les mauvaises herbes, préparer le sol pour planter du maïs et bien sûr semer les graines.
Les deux allemandes participent au nettoyage du terrain, mais bon sang, qu’est-ce qu’elles ne sont pas énergiques !


Judith, nous a donné des petites pelles pour désherber. Mais comment veux tu que je nettoie ton terrain avec une si petite pelle ?! Je m’en vais alors lui demander si je peux prendre une grande pelle pour retourner la terre et ainsi enlever les racines des mauvaises herbes.
« Hi Judith, can I take a shovel ? ( salut Judith puis je prendre une pelle? )
- a shower ? Now ?! But to do what? ! ( une douche? Maintenant ? ! Mais pour faire quoi? ! )
Je reste très étonnée par  sa réaction, je lui demande juste une pelle, c’est pas la fin du monde ! Je lui répond alors, comme ci c’était évident:
- With a shovel, it will be easier to put out the greedy …( avec une pelle, ce sera plus facile d’enlever les mauvaises herbes… )
 
Alors que Judith me regarde toujours avec des yeux interloqués, nous venons de comprendre le malentendu. Judith avait compris que je voulais prendre une douche, d’où sa perplexité ! C’est ce qu’on appelle une communication manquée ! Un quiproquo très rigolo !
Au final, j’ai pu obtenir ma chère pelle et retourner la terre, pendant que les allemandes récupèrent les mauvaises herbes. Avec cette technique, nous sommes allés deux fois plus vite et c’est mieux pour le dos.
Une fois le sol préparé, il a fallu l’arroser…


Puis, j’ai fait des lignes séparées par de la paille, ce qui permet de limiter la repousse des mauvaises herbes mais aussi permet de préserver les futures graines des grosses chaleurs.


Ensuite, j’ai fait des petits trous pour planter mes graines de maïs.
Une fois ce travail fini, Judith me confie la plantation des haricots; c’est donc des haricots blancs et des haricots violets que j’ai consciencieusement planté, sous un soleil de plomb.


Pendant ce temps là, Jonathan avait un tout autre travail relatif au jardin: la réalisation du compost. Une savante recette mêlant merde, de déchets organiques et de végétation, le tout gratuitement brassé par des centaines de petits insectes de tout genre.


La première étape consiste à récolter un maximum d’excréments, et dans une ferme, ce n’est pas ca qui manque ! Judith propose à John d’aller récolter le « cadeau » des vaches pour commencer.
Ce que mon petit fermier parisien fit presque avec plaisir. je suis très fière de lui...


Voici  un petit aperçu de ce qu’il a ramassé: des bouses parfaitement rondes, un véritable trésor pour le compost…


Le premier ingrédient trouvé, reste à trouver le suivant, la végétation. Ca peut aussi bien être de l’herbe coupée, différentes mauvaises herbes, des feuilles ect…
Un énorme amas d’ortie s’est porté volontaire pour faire partie de la recette et Joe, quant à lui, s’est porté volontaire pour les arracher !


Mais finalement, pas assez de merde pour faire le compost. Que cela ne tienne, les chevaux de Judith ont solutionné le problème !


Impossible d’arrêter Joe ! Malgré 12H30 sonnant, il continue à travailler, encore et encore, jusqu’à ce que Judith précise qu’elle risque de se faire enguirlander par Mike si elle fait travailler trop dur les woofeurs… Finalement, Jonathan lâche sa pelle pour venir déjeuner. Presqu’à contre cœur !

Un autre matin, nous nous sommes occupé de l’ail. Il a fallu les arracher pour  les faire sécher.


La technique de Judith est un peu surprenante; elle nous demande d’étaler les gousses d’ail… sur un trampoline ! Pourquoi pas, on ne sait jamais, si elles veulent se faire un petit jump… Je lui fais tout de même part de la manière dont mon grand-père fait sécher ses gousses d’ail: suspendues à un fil et à l’abris de la pluie. Elle n’y avait pas pensé et Judith est séduite par cette idée car c’est un gain de place de les suspendre…. Bravo papi !
L’après midi, nous avons testé la chasse au trésor pour le camp des enfants la semaine prochaine. Une petite marche de 1 km 500 qui a pris 1 heure ! Pas à cause de nous, bien évidemment, mais nous l’avons faite en compagnie des quelques woofeurs allemands venus rendre une courte visite à la Yurt farm. Un calvaire ! Une clope tous les 200 mètres ! Pitié! Avancez ! Et arrêtez de parler allemand ! Bref, on a une belle photo, mais c’est tout !


Notre dernière journée à la ferme n’a pas été de tout repos, mais nous avons fini plus tôt. En première partie, j’ai eu de la chance, j’ai été désignée peintre en chef d’une grosse roue pour les enfants.


Un travail plutôt plaisant et surtout pas du tout physique comparé à Jonathan… Mike ayant mille et une idées à la seconde, a imaginé une plage au bord de sa mare. Il a fallu préparer le terrain à recevoir le super sable blanc et fin…


Une fois cette partie terminée, j’ai été mise à contribution pour récupérer ce fameux sable blanc et fin… Au final, ce sable provient d’un petit ruisseau et la blancheur et la finesse du grain laisse un peu à désirer, mais avec beaucoup d’enthousiasme, et une force presque herculéenne, on peut créer une plage de rêve !


Le dernier de nos travaux à la ferme est en lien avec le camp des enfants la semaine prochaine dont je ne cesse de faire allusion.
Mike, nous a donné la casquette de professeur… John est venu exprès de France pour apprendre aux enfants à construire un bateau, quant à moi, je dois leur apprendre à faire de petits ponpoms trop mimi au look animalier !
Mais avant tout ça, un bon gros coup de ménage s’impose…


Je vais exercer dans la Yurt Craft, mais c’est pas possible comme ça ! Il y a de la laine partout…. Et bien sûr des araignées qui vont avec !


Au début, j’ai fait ma brave en prenant minutieusement les bouts de laine à la main, jusqu’à ce qu’une grosse araignée me file entre les jambes ! AAAAAhhhh ! J’en ai encore un frisson en écrivant cet article! Je suis alors allé chercher une pelle pour retirer la laine des coffres.


Après avoir trié la laine, refait les pelotes, il a fallu nettoyer un peu le sol. Telle une cendrillon des temps moderne, c’est sans aspirateur et à la main, bout par bout que j’ai obtenu un résultat plutôt correct, vu les circonstances !


Ma craft yurt peut maintenant recevoir convenablement mes futurs petits apprentis…


La dernière étape pour être parfaitement au point, consiste à préparer notre matériel; Joe découpe plusieurs petits bouts de bois pour former les futurs mats des bateaux….


Quant à moi, je réalise mes petits modèles de ponpoms.


Je vous présente Kitty la souris et Dave le poisson ! Talentueux n’est-ce pas ?! Je sais je sais ! Reste plus qu’à espérer que les enfants aussi succomberont au charme de ces petites bestioles…

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans New South Wales
commenter cet article

commentaires

maman jo 23/12/2008 19:31

magnifique les animaux !!! j'ai moins froid dès que je vous regarde ! trop drôle comme activités! très fiere la mama bien sûr ! la photo du jour fait rêver !! on dirait l'ile de la tentation!!! bisous bisous mamjo

laeti 23/12/2008 12:41

mon petit jo, quel fermier magnifique que tu fais ! sans commentaire...
Félicitation ma puce tes petites souries sont trop mimi, les enfants vont adorés !
J'adore regarder votre travail à la ferme, c'est très amusant !!!!!

gros biosus les loulous

Papa & Maman 23/12/2008 05:37

Tout simplement génial
gros bisous. maman