Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Voyagent ?


"L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier ce qu'il a appris.”
Giacomo Casanova


Qui voyage ?  Anne et Joe
Pour nous contacter : 
filimen@hotmail.fr

Rechercher

La photo du jour


Nos Aventures Par Dates

Le voyage en chiffre

Nombre d'heures passées en avion : 54h10
Nombre d'heures passées en bus : 7h04
Nombre d'heures passées en bateau : 39h21
Nombre d'heures passées en tramway : 1h40

Nombre d'heures passées en train : 11h59

Nombre d'heures passées en télésiège : Oh45

Nombre d'heures passées en hélicoptère : 0h05

Quelle heure est il ?

  Melbourne ( GMT + 10h )

Quel temps fait il ?

 

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 05:38
27 octobre

Nous voilà prêts pour aller sur l’ile de l’ile: Bruny Island, au sud de Hobart.


Nous embarquons à Kettering sur un bateau qui ne sert que de navette. Il n’y a pas de réservation possible, donc pour être sûr que l’on aura de la place, nous sommes arrivés presque une heure en avance. Un camping car est déjà sur la ligne de départ, mais nous sommes la première voiture donc notre ticket est assuré !
Nous sympathisons avec ce couple de Sydnésien; nous serons surement amenés à les recroiser pendant notre séjour à Bruny.


Lorsque le bateau arrive, nous sommes tous sur la ligne de départ.


Joe prend des photos donc c’est moi au volant ! Troopy est tout petit à côté du camping car et du gros camion; même pas peur. Le pied sur l’accélérateur, prête à capter le signal du passeur ! Je ne fais tout de même pas ronfler le moteur, mais dans ma voiture, j’imite le son… 5 4 3 2 1, c’est parti !


Félicitation !  Je suis la première à débourser 25 dollars ! J’ai remporté la plus petite course au monde, 5 mètres de piste ! Ce sera donc avec une immense fierté que je pose au côté de mon fidèle compagnon Troopy.


Nous restons dans la voiture le temps de la traversée. L’impression est assez étrange, car le paysage défile devant vous mais vous êtes à l’arrêt, et le paysage c’est de l’eau partout ! C’est plutôt amusant…
20 minutes plus tard, nous débarquons sur notre nouveau lieu d’exploration.


John prend des photos encore et encore, mais je ne peux pas attendre, les voitures doivent sortir du ferry, donc les premiers mètres sur l’île se feront sans lui. Les gens me saluent de leurs klaxonnes lorsque je m’arrête sur le côté; John quant à lui, court derrière Troopy !
L’équipe de nouveau au complet, nous reprenons le « rallye ». Les routes ici ne sont en fait que des chemins. On comprend mieux pourquoi les loueurs de voitures ne veulent pas que l’on vienne ici avec leur location.
On se croirait dans un trek on ne sait où, c’est très rigolo.


Notre premier arrêt sera au lookout. Après 242 marches, nous découvrons une vue à 360°sur l’île.




Cet endroit est dédié à une femme aborigène qui a cruellement souffert de l’arrivée des colons européens en 1800.


Nous avons trouvé notre programme pour ce soir, car dans les fourrés, il y a normalement des petits pingouins qui viennent se réfugier la nuit !!!


Mais avant, il faut trouver notre lieu de campement. A peine à quelques kilomètres de ce site, nous trouvons un camping gratuit. Parfait pour cette nuit.
Laëtitia nous a réclamé plus de photos du quotidien, donc c’est parti !

Avant toute chose, il faut trouver le bon emplacement dans l’air de camping.  Un où le sol n’est pas trop dur, un où le sol n’est pas trop en pente, un qui est abrité du vent, et un qui n’est pas trop loin des commodités comme les toilettes. Les toilettes, c’est la cabane au fond du jardin dont parle Cabrel ! Des toilettes sèches sans eau. Vous ne tirez pas la chasse d’eau, vous refermez juste le couvercle…


Une fois l’emplacement trouvé, il faut garer Troopy.


Puis, il faut monter la tente.


Il n’y a pas d’eau courante sur ce genre de site, d’où nos gros bidons de 20 litres. Même si nous vivons dans la nature, nous conservons des règles d’hygiène de base que nous ont enseignée nos mamans, comme par exemple, se laver les mains avant de cuisiner ou de manger. La preuve en image…


Après, il faut préparer le diner. Nous sommes assez surpris de la qualité de notre alimentation. Le matin, ce sont des céréales de type muesli avec du lait, accompagnés de pain de mie avec du Nutella dessus bien sûr, un verre de jus de fruits multi vitaminé et de temps en temps, quand nous avons encore faim, une pomme ou une  orange.
Le midi, c’est souvent, un sandwich maison ou lorsque nous avons accès au barbecue électrique, nous cuisons des saucisses, (immangeables selon moi, mais John aime,) ou encore des steaks. Le soir, ce sont souvent des pates, du riz agrémentés de différentes sauces.
Chaque repas se termine souvent par une tartine de Nutella ou par quelques cuillérées de yaourt.



Une fois le ventre bien rempli, nous nous équipons pour l’expédition pingouins. Double lycra, pull, bonnet et même gants en cas de besoin et bien sûr, nos lampes torches.


Nous allons repérer les lieux, à la recherche de la meilleure place pour observer les petites bestioles. Tel Sherlock Homes, nous traquons leurs empruntes.


Ils vont traverser la plage, pour ensuite se réfugier dans les fourrées.


La plage est aménagée pour une telle observation dans l’objectif de gêner le moins possible les pingouins. Nous serons cachés derrière un tissu vert, et des petites fenêtres nous permettront d’épier les bipèdes. Et François, je suis désolée de te dire ça, mais tout est gratuit! Nous n’avons pas déboursé un centime pour cette soirée. Un beau pied de nez à Phillip Island !


Les pingouins reviennent sur terre à la tombée de la nuit, donc nous allons d’abord apprécier le coucher du soleil du haut du lookout.


Mais nous sommes trop excités ! Où sont les pingouins ?? Nous avons même l’impression que les mouettes crient le mot «  pinguin » !


Le soleil est couché, reste plus qu’à être silencieux et patient. Nous retrouvons le couple de sydnésien, et faisons plus ample connaissance en chuchotant. Soudain, un petit truc noir bouge sur la plage. Un pingouin, super ! Mais il fait trop noir, je vois rien ! Nous ne pouvons pas les éclairer, car ils sont trop vulnérables quand ils traversent la plage. Et lorsqu’ils sont dans les fourrées, nous devons utiliser une lampe rouge, moins agressive pour eux. Nous n’avons pas de cellophane rouge… mais un couple en a une énorme ! On s’en fou, on les suit! Ils nous fuient, ils veulent être tous seuls, nous on s’en fout, on veut voir les pingouins !  Tels des parasites, nous les suivons partout, dès qu’ils font un pas, nous faisons un pas!
Les fourrées prennent vie; nous les entendons bouger, nous les entendons communiquer. C’est impressionnant.
Il y a aussi des Shearwaters, des oiseaux migrateurs venu du Japon en route pour la Nouvelle- Zélande. Ils font une pause en Tasmanie avant de continuer leur long périple.
Grâce à la lumière rouge, nous voyons très bien les petits pingouins. IIls sont trop mignons. Ils marchent exactement comme François les a imités. Le « pom pom pom » en moins !
Au bout d’une heure à être des parasites, nous décidons de laisser le couple tranquille. Alors que nous nous apprêtions à quitter les lieux, un car d’ado arrive et ils ont tous une lampe rouge ! Allez on y retourne ! Qu’est-ce qu’on peut être con quand on est jeune. Ils ne prêtèrent aucune attention à ces petites bêtes, juste plein de bruit, à rire bêtement. A peine 15 minutes plus tard, ils repartent. STOP ! « Pouvez-vous nous donner votre cellophane rouge??? »
Ca y est, nous avons notre propre lampe rouge. Nous restons encore une heure tous seuls au milieu de la colonie. Un moment magique. Le ciel était magnifique, pas un nuage. Nous étions vraiment en communion avec la nature, en pleine nuit. Nous avons d’ailleurs surpris deux pingouins un peu exhibitionnistes! Ils ont attendu d’être sous les feux des projecteurs pour s’accoupler. Trop mignon !
Nous sommes désolés, mais ce moment,  nous ne pouvons pas le partager en photo, car le flash serait beaucoup trop violent. Il paraîtrait que certains pingouins pourraient faire une crise cardiaque. Il va de soi  que nous n’avons pas voulu prendre le risque. Voilà tout de même une petite photo…


Ce sera un peu frigorifiés que nous regagnerons  notre tente, mais quel bonheur…


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne & Joe - dans Tasmanie
commenter cet article

commentaires

steph Brother ! 13/11/2008 21:25

La camion!!!!! je veux le même pour Noêl!!

T'as raison Anne!, te laisse pas impréssionner ! montre qui c'est la patronne! la reine de la route! l'impératrice de l'asphalte.

carine et mika 12/11/2008 15:35

coucou, je vois que titia est a la page, elle écrit plus d'article que moi, donc il faut que je m'y mette, mais que dire...la photos du kangourou avec son bébé est magnifique..
Génial de vous voir dans la vie de tous les jours, finalement ca reste la galère, heureusement que le paysage est magnifique.

Continiuez cette avanture, en France c'est la misère...

Encore des photos de la vie quotidienne...
GROS BISOUS NOS LOULOUS

CARINE ET MIKA

kgol 12/11/2008 03:27

coOol!

laeti 11/11/2008 15:41

Merci pour ce geste, j'adore vous voir comme ça !
bisous les loulous

Papa & Maman 11/11/2008 15:04

j'ai vu une table et des fauteuils quel luxe!!!!!!!!
bien vu de Laétitia d'avoir demandé le quotidien on se fait une idée plus précise de ce que vous vivez.
continuez à nous envoyer plein de nouveaux articles même si c'est du boulot vous êtes en vacances!
plein de gros bisous .maman